×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 186.066 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 230.556 articles (chiffres relevés le 28/5 sur google analytics)
Culture

Bachar Mar-Khalifé: L’électro-jazzman universel

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:4966 Le 22/02/2017 | Partager
L’hériter de Marcel Khalifé en tournée au Maroc
Un savant mélange de musiques actuelles et de traditions orientales
bachar_mar-khalife_066.jpg

 L’artiste  multi-instrumentaliste s’inscrit dans un registre universel sans pour autant renier ses origines libanaises comme en témoigne son dernier album «Ya balad» en référence au pays du Cèdre (Ph. IF)

Il a pris l’habitude de nous faire voyager à travers sa musique universelle, cette addition d’influences parfaitement synthétisée dans un univers qui lui est propre. Bachar Mar-Khalife revient au Maroc pour une série de concerts organisés par l’Institut français à travers plusieurs villes du 22 au 25 février  (Essaouira, Casablanca, Meknès, Fès). Si le répertoire révolutionnaire de son père, Marcel Khalifé, fait partie de la collection de disques  de tous les jeunes rebelles des années 70/80  et jusqu’aux années 90, Bachar Mar-Khalifé, lui, en cette époque où les revendications identitaires sont plus que jamais d’actualité, a choisi de s’inscrire dans un registre plus global.

Sa musique est nourrie de toutes les influences, de l’électro aux musiques orientales, en passant par le jazz. Un équilibre qu’il obtient en mêlant l’intimité poétique des chants traditionnels du Liban, de Palestine, de Syrie ou du Koweit qu'il s'approprie à sa manière, accompagné de son piano qui martèle des rythmes quasiment électroniques. Sa musique lui ressemble: atypique, éclectique, tour à tour minimaliste et fiévreuse, amplifiée par une voix gutturale capable d’enflammer une salle avec son titre «Lemon» ou au contraire de lui faire verser une larme avec une ballade poignante  comme pour «Ya balad» (mon pays), le tout dans le même concert. Fils du célèbre chanteur et joueur de oud libano-palestinien et de l’interprète Yolla Khalifé, il est également le frère de Rami Khalifé, pianiste et fondateur du groupe Aufgang. Autant dire que la musique fait partie de son environnement depuis sa plus tendre enfance.

Installé en France depuis l’âge de 6 ans fuyant la guerre au Liban, Bachar a fait ses classes au Conservatoire de Paris où il a reçu le premier prix de piano. Il s’est produit avec l’Orchestre national de France et l’Ensemble intercontemporain, Bachar Mar-Khalifé mettra beaucoup de temps pour trouver sa voix, se libérer des carcans de la musique classique et créer son propre style. 10 ans pour façonner son premier album en 2010 «Oil Sicks» signé chez le prestigieux label «In fine music», puis «Who's gonna get the ball from behind» en 2013 et enfin «Ya balad» en 2015 toujours chez le même label.

Avant d’entamer sa carrière solo, Bachar Mar-Khalifé a collaboré sur de nombreux projets avec des artistes aussi talentueux qu'éclectiques comme Bojan Z, Carl Craig, Francesco Tristano, Murcof ou Kery James. Il  a également composé la musique de plusieurs films comme «Layla Fourie» de Pia Marais récompensé au Festival international du film de Berlin en 2013 ou «Fièvre» de Hicham Ayouch, premier prix du Fespaco (Festival panafricain du cinéma et de la télévision de  Ouagadougou) en 2015.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc