×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Le juteux business du solaire

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4959 Le 13/02/2017 | Partager
    Un potentiel de plus de 5 kWh/m2/jour
    4.560 MW de capacité solaire à développer d’ici 2030
    business_solaire_059.jpg

    Le Maroc mène une stratégie de transformation, de modernisation et de diversification de ses sources d’approvisionnement électrique, notamment dans le solaire. Ici, la centrale Noor 1 de Ouarzazate, l’un des sites pilotes du programme solaire (Ph. L’Economiste)

    Depuis 2009 et à la faveur de la COP22, le marché marocain de l’énergie fait preuve d’un dynamisme sans précédent. Le marché s’ouvre de plus en plus aux investissements privés, surtout dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Pour capitaliser sur cette dynamique du secteur, la 6e édition du salon solaire Expo Maroc se tiendra à Casablanca du 21 au 23 février. Plus de 70 exposants et 6.000 visiteurs y sont attendus: acteurs marocains et internationaux du domaine de l’énergie solaire et de l’efficacité énergétique, publics et privés.

    Devenu un véritable hub régional, «le salon s’est donné comme objectif  de faire du Maroc un centre névralgique en matière d’énergies renouvelables dans les pays du Sud», soutiennent les organisateurs. Des espaces thématiques, tables rondes, conférences s’y tiendront pour échanger sur le développement du secteur, les expériences réussies, les tendances du marché, les potentialités du Maroc... En marge du salon, le Concours universitaire de la recherche et de l’innovation (CURI 2017) récompensera la recherche et l’innovation dans les universités et écoles supérieures.

    Après avoir été presque entièrement tributaire des importations d’énergies fossiles, le Maroc est en passe de devenir un grand producteur d’énergie. Le pays a l’ambition, à long terme, de devenir exportateur d’énergie à destination des marchés européens et africains. En effet, il réunit les conditions naturelles, géographiques, lui conférant des potentialités énormes dans le domaine de l’éolien et du solaire: plus de 5 kWh/m2/jour dans le solaire et environ 5.000 TWh/an dans l’éolien. L’impulsion donnée par l’annonce du Roi Mohammed VI, lors de la COP21, de porter, à l’horizon 2030, le parc de production d’électricité d’origine renouvelable à 52% de la capacité électrique totale installée, s’est traduit par le lancement de nouveaux programmes. Les projets porteront sur une capacité additionnelle de production de plus de 10 GW à l’horizon 2030, dont 4.560 MW de source solaire, 4.200 MW de source éolienne et 1.330 MW de source hydraulique.

    Les réformes et nouveaux textes de loi adoptés dans le secteur permettront de porter la part des énergies renouvelables dans la puissance électrique installée à 43% à l’horizon 2020, au lieu de 42% fixés initialement. Ainsi, la puissance électrique installée d’origine renouvelable atteindra 6.930 MW en 2020 et environ 13.000 MW en 2030. La mise en service, en 2016, de la première centrale solaire Noor 1, située à Ouarzazate, d’une capacité de 160 MW, et le lancement de plusieurs projets similaires font désormais du Maroc une composante à part entière des chaînes de valeur de multinationales du secteur.

    Après achèvement des travaux de construction de la deuxième tranche (Noor II et Noor III totalisant une capacité de 350 MW) et la dernière tranche Noor IV d’une capacité de 70 MW, le complexe solaire d’Ouarzazate aura une capacité de 580 MW. Ce qui érigera le Maroc en site majeur de production de l’energie solaire, voire à terme un gros exportateur de flux vers l’Europe.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc