×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Maroc/Egypte: A 90 minutes des demi-finales!

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4948 Le 27/01/2017 | Partager
    Le derby arabe sera très suivi
    C’est le patriotisme et le mental qui feront la différence
    mali_supporters_048.jpg

    PHOTO DU JOUR:  Les Maliens ont du fil à retordre face aux Ougandais. La confrontation s’est soldée par un match nul (1-1) (Ph. AFP)

    Après avoir éliminé la Côte d’Ivoire en clôture de la 3e journée du groupe C de la CAN, les Lions de l’Atlas s’extirpent du groupe C aux côtés des Léopards de la RDC. Une élimination d’autant plus douloureuse pour les Ivoiriens, qu’elle intervient contre Hervé Renard qui avait conduit les pachydermes au titre en 2015. A ce stade de la compétition, les Lions n’ont rien à envier aux autres quarts de finalistes après avoir fait face aux tenants du titre. Bien en place, le bloc marocain peut donc tenir tête aux grosses équipes et favoris de la compétition. Fin tacticien, Hervé Renard a aligné une défense à cinq pour gêner son ancienne sélection. Avec des valeurs sûres comme Munir, Alioui, Fajr…

    le Maroc a de quoi réagir. Au niveau de la charnière centrale, un jeu dense en bloc et cadenassé comme on a pu le voir en début de match contre la Côte d’Ivoire devrait être de rigueur. Lors de la dernière confrontation, les Lions étaient certes en difficulté dans l’alignement des passes, mais redoutables en contre-attaque. C’est d’ailleurs sur une contre-attaque rapide que Nabil Dirar a lancé Rachid Alioui, qui a fixé Bailly et dégainé une belle frappe enroulée en lucarne, de l’entrée de la surface. Sacré Rachid Alioui avec ses frappes lointaines. Les Lions devraient aussi capitaliser sur les coup-francs, avec le meneur de jeu Fajr, redoutable dans cet exercice.

    En effet, avec ses frappes les Lions de l’Atlas sont capables de se montrer audacieux sur coup-franc. Face aux Pharaons, il faudra sortir le grand jeu. Depuis 2001, les deux sélections se sont rencontrées trois fois. En trois confrontations, les Lions ont l’avantage des statistiques avec une victoire et deux nuls: un match nul au Caire le 28 janvier 2001 en match aller de phase de poule groupe C comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde, une victoire à domicile, le 30 juin 2001 en match retour et un autre nul obtenu au Caire le 24 janvier 2006, lors de la deuxième journée de phase de poule groupe A comptant pour la CAN 2006.

    Mais les Pharaons ont une réputation à défendre. Un match nul contre le Mali, une victoire face à l’Ouganda et une autre contre le Ghana. C’est le bilan de l’équipe d’Egypte qui participe à cette 31e édition de la Coupe d’Afrique des Nations au Gabon, après trois éditions d’absence (2011, 2013 et 2015). Le mercredi 25 janvier dernier, les Pharaons ont vaincu les Black Stars du Ghana alors qu’il leur suffisait de faire match nul pour se qualifier aux quarts de finale. La défense égyptienne est actuellement la meilleur de la compétition avec aucun but concédé en phase de poules. Les Lions doivent donc les prendre au sérieux et jouer solidaire et surtout sans complexe pour espérer passer à la demi-finale. Les rendez-vous des quarts de finale auront donc lieu ce week-end, avec Burkina /Tunisie et Sénégal /Cameroun le samedi et les confrontations RDC/Ghana (finaliste malheureux en 2015) et Egypte /Maroc ce dimanche.

    Georges Weah: L’Étoile libérienne

    georges_weah_048.jpg

    Georges Manneh Oppong Weah (surnommé Waka Waka) est né le 1er octobre 1966 à Monrovia. Il connut plusieurs clubs au Libéria et passa professionnel en signant un contrat pour jouer au Tonnerre de Yaoundé (Cameroun). Après une saison, il se fait remarquer par Claude Leroy. Il rejoint Monaco à 21 ans. Le 21 septembre 1988 face à Strasbourg, Mister Georges inscrit ses deux premiers buts dans la compétition. L’attaquant inscrit 16 buts en 28 rencontres. La légende de Weah continua au Paris Saint Germain, avant de passer par Milan. En fin de carrière il joua à Chelsea, Manchester City, Marseille et Al Jazirah (Emirats Arabes Unis). Il raccrocha ses crampons en août 2003 après vingt et un ans de carrière. Grâce à son volume de jeu impressionnant, il signa au Milan AC et dans la foulée devint le premier joueur africain à remporter le Ballon d’Or. Weah décrocha également en 1995 les titres de «meilleur joueur du monde» attribué par la Fifa, meilleur joueur africain, meilleur joueur évoluant en Europe et le «Onze d’or» (récompense accordée par le magazine Onze Mondial). C’est à ce jour le seul homme dans le football qui a gagné autant de titres individuels une même année. Outre l’année 1995, il reçut aussi les titres de meilleur joueur africain de l’année 1989 et 1994, meilleur joueur africain du siècle et le prix du Fair Play Fifa en 1996. Georges Weah est à ce jour le meilleur buteur des Lone Stars (les Étoiles Uniques) la sélection Libérienne avec 22 buts.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc