×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Security Documents veut s’attaquer à l’international

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4945 Le 24/01/2017 | Partager
    La PME des documents sécurisés brigue la certification CWA ISO 14298
    La société compte parmi ses clients des banques, des ministères…

    En matière de production de documents, la sécurité et la fiabilité sont des variables critiques. Surtout lorsqu’il s’agit de documents sensibles tels qu’un chèque, un timbre, un diplôme, une triptyque d’assurance ou une plaque d’immatriculation.
    C’est dans cette niche, qui requiert de la haute technologie, que Security Documents fondée par Jules Alezeraa, a décidé de se positionner depuis 2000. La PME est aujourd’hui dirigée par Michel Alezeraa. Outre les chèques, les diplômes, elle produit des titres de propriété sécurisés et des plaques d’immatriculation sécurisées entrant dans l’opération d’immatriculation des deux-roues, des triporteurs et autres quads.

    Les investissements en moyens matériels et solutions informatiques dépassent les 200 millions de dirhams. La nature hautement sensible des documents justifie le fait de disposer de sa propre imprimerie pour tous les produits et de deux centres de traitement opérationnels sur deux zones géographiques suffisamment éloignées afin de garantir la continuité de l’activité en cas d’incident. L’un au quartier Belvédère et l’autre à Lissasfa. «Aucune rupture de production  n’est tolérée, vu le degré hautement sensible des documents sécurisés que nous produisons. Les clients étant principalement les ministères, les banques et les compagnies d’assurances, nous devons répondre à l’une des exigences obligatoires qui est la gestion des risques opérationnels».

    Les deux sites de production sont dotés de tous les dispositifs de sécurité et de protection. Sans oublier les procédures de sécurité et de traçabilité sur toute la chaîne de production et de destruction des documents ayant subi des anomalies ou défauts d’impression pour lesquels la présence de deux personnes est toujours exigée, sous l’œil vigilant des dispositifs de contrôle vision. La société, qui fonctionne sur la base de trois shifts, emploie plus de 70 salariés, dont des ingénieurs, des graphistes, des informaticiens, et opérateurs spécialisés.

    Pour produire des documents infalsifiables, l’entreprise s’approvisionne auprès de fournisseurs de renommée internationale dont les sociétés OVD et Sicpa Security,  leaders mondiaux respectivement dans l’intégration d’éléments de haute sécurité et des encres de sécurité pour les billets de banque, passeports et cartes d’identité à l’échelle mondiale. Lorsqu’une nouvelle technique de falsification est identifiée quelque part dans le monde, elle est automatiquement répercutée à tous les imprimeurs de documents de haute sécurité. «Nous procédons systématiquement à la mise à jour de nos procédés en changeant, par exemple, l’encre de sécurité selon une nouvelle formule conçue par notre fournisseur ou par l’intégration de nouveaux éléments de sécurité», signale le directeur général. Le défi reste de ne pas être pris de vitesse par les faussaires.

    Security Documents est régulièrement auditée par ses fournisseurs de sécurité, mais aussi par les établissements de crédits et envisage de s’engager à la prestigieuse certification CWA ISO 14298 (Management of Security Printing Processes), avec en ligne de mire de nouveaux marchés à l’international.

    Un outil de production surdimensionné

    Le code de la route prévoit l’obligation d’immatriculer l’ensemble des cyclomoteurs et triporteurs à cylindrée inférieure à 50 cm3. Après avoir décroché le marché, Security Documents a investi dans la capacité de production et les intrants pour prendre en charge des volumes largement supérieurs aux besoins actuels. La société dispose d’ailleurs de trois chaînes de production complètes jamais utilisées et d’un stock d’intrants dépassant largement le marché. Pour  Michel Alezeraa, DG de Security Documents and Edition, «l’objectif le plus important est la réussite de ce projet d’envergure nationale».

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc