×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Colas Rail bat un record mondial au Maroc

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4945 Le 24/01/2017 | Partager
    L’entreprise pose jusqu’à 3,5 km de rails sur la LGV
    SGTM, Sintram, Houar… ces chefs de file marocains
    colas_rail_045.jpg

    Colas Rail performe sur le chantier de la ligne à grande vitesse Tanger-Kenitra, en multipliant par trois la vitesse de pose des rails (Ph.Bziouat)

    Le chantier LGV Tanger-Kenitra révèle des exploits tant dans la partie génie civil que sur le plan des équipements et  la pose de rails. En effet, la filiale marocaine du groupe français Colas Rail vient de battre un record dans le déploiement de la voie ferrée du TGV. L’équipementier parvient à fixer jusqu'à 3,5 km de rails quotidiennement. Un record mondial!  Or, la moyenne de ce type de prestation tourne autour de 1 km/jour. «La prouesse est énorme!» s'étonne Guillaume Pepy, le PDG de la SNCF, lors d’une visite récente sur chantier.

    Si 80% de son volume d’activité est consacré à la route, le groupe Colas a su se diversifier en complétant sa palette de compétences dans la sécurité routière, le génie civil, les canalisations, l'étanchéité, le bâtiment, la dépollution de sites et le ferroviaire. Spécialisée dans le management de projets ferroviaires clés en main, la filiale Colas Rail assure la construction des voies ferrées (études et travaux), les caténaires et deux bases travaux (études, fournitures et travaux) de la ligne à grande vitesse Tanger-Kenitra (185 km de double voie) pour un contrat de plus de 124 millions d'euros (environ 1,36 milliard de DH). Rappelons que le marché global de la LGV est passé de 1,8 à 2,1 milliards d’euros (23,1 milliards de DH) à cause des retards qui ont pris deux ans.

    Rodé aux techniques de pose de rails et à la maîtrise de projets structurants d’infrastructures, Colas Rail a participé au chantier du métro du Caire, à la construction des tramways de Rabat et Casablanca. Fin 2012, Colas a décroché le contrat d'extension du métro d'Alger et début 2013 celui du réseau ferroviaire rapide de Tunis. Implantée sur tous les continents, à travers un réseau de 16 établissements, l’entreprise emploie un effectif  de plus de 5.000 salariés. L’équipementier ferroviaire a réalisé plus de 1,01 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2015 (environ 11,11 milliards de DH).

    Projet vitrine en termes de coûts, de challenge et d'enjeux de développement socioéconomique, le 1er TGV d’Afrique et du monde arabe devra accélérer la mobilité et le développement économique du pays. Les entreprises du chantier sont en train de réinventer le métier et repousser les limites des standards. «Il s’agit de l'un des projets de LGV le moins cher au monde, avec des standards européens», révèle Mohamed Rabie Khlie, DG de l'ONCF. Ce chantier devra prendre fin vers la mi-2018, date qui coïncide avec le lancement de la LGV.

    Ce marché est en train d’assurer un transfert de savoir-faire entre la SNCF et l’ONCF ainsi que l’émergence des embryons d’un écosystème autour de l’industrie ferroviaire ou encore la maintenance. A ce stade du chantier, plusieurs entreprises marocaines sont en train de monter des références aux standards européens. Parmi elles, des signatures de référence telles que SGTM, Sintram, Groupe Houar, Sonaser, Sefiani Group... Mais aussi les chinois Covec et SinoHydro.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc