×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Quand le hip-hop s’invite aux Etoiles de Sidi Moumen

    Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4943 Le 20/01/2017 | Partager
    Des jeunes du centre ont été formés par deux structures de référence en Europe
    Un programme mis en place grâce à la mobilisation d’un fonds culturel franco-allemand
    etoile_sidi_moumen_043.jpg

    «Ce rêve que j’avais avec Mahi il y a 3 ans est devenu réalité. Cet espace, les jeunes se le sont approprié. L’un des principaux enjeux du centre est d’offrir un accompagnement, des moyens, des formations pour des projets culturels qui sont les leurs», a précisé Nabil Ayouch, réalisateur et cofondateur avec Mahi Binebine du centre culturel Les Etoiles de Sidi Moumen, ci-dessus en présence de Jean-François Girault, ambassadeur de France, et Volkmar Wenzel, ambassadeur d’Allemagne (Ph. Khalifa)

    Diverses disciplines artistiques étaient au rendez-vous mercredi dernier au centre Les Etoiles de Sidi Moumen lors d’une visite officielle effectuée par Jean-François Girault, ambassadeur de France, et Volkmar Wenzel, ambassadeur d’Allemagne. Mais c’était surtout le hip-hop qui était à l’honneur avec un spectacle de B-boys qui ont pu bénéficier d’un programme de formation à la danse hip-hop grâce à la mobilisation du Fonds franco-allemand pour les projets culturels en pays tiers.

    Une quinzaine de danseurs venus de plusieurs villes, notamment Rabat, Casablanca, Meknès, Guelmim… ont eu l’occasion de recevoir une formation alternant théorie et pratique dispensée par la Hip-hop Academy de Hambourg et la Compagnie Rêvolutions de Bordeaux, deux structures européennes de référence.

    Ce programme qui a permis à ces jeunes de devenir eux-mêmes formateurs offrira l’occasion à d’autres jeunes de par le Maroc de profiter de cours de cette danse urbaine. «Je suis ravi de ce partenariat avec les ambassades de France et d’Allemagne, d’autant plus que les ambassadeurs sont venus voir le centre ainsi que le fruit du travail qui a été fourni lors de cette formation», a noté Nabil Ayouch, réalisateur et cofondateur avec l’artiste et romancier Mahi Binebine du centre Les Etoiles.

    Des démonstrations de chant, de batucada, de peinture… des jeunes du centre se sont tenues lors de cette visite, l’occasion de faire montre des multiples facettes de leur créativité. Sans oublier la présentation d’une création du centre culturel «Les Etoiles». Intitulé «16 mai», le spectacle, mêlant chant, danse et théâtre, a été créé en hommage aux victimes des attentats du 16 mai.

    Durant cette visite, Nabil Ayouch et Mahi Binebine ont d’abord rappelé la création d’un centre culturel Les Etoiles de Beni Makada à Tanger avant d’annoncer l’ouverture prochaine d’un centre à Marrakech et le projet d’un centre à Fès. «La vocation d’une étoile est de scintiller. Ce scintillement nous le retrouvons dans le regard de tous ces jeunes. Il est important d’avoir des lieux de rassemblement, de désir, d’ouverture vers les arts et vers les autres», a souligné Jean-François Girault. Une initiative soutenue et félicitée par son homologue allemand.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc