×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Otan: Moscou crie à la «provocation»

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4940 Le 17/01/2017 | Partager
    Un déploiement sans précédent des soldats de l’Otan en Europe de l’Est
    Une initiative perçue négativement par la Russie
    otan.jpg
     

    Le déploiement sans précédent des soldats américains en Europe de l'Est est un signal négatif pour Moscou. C’est ce qu’annoncé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov en dénonçant «le danger de ces manœuvres». «Tout pays percevra négativement l'augmentation de la présence militaire étrangère près de ses frontières. C'est ainsi que nous traitons cela à Moscou», indique Peskov.

     
    Venue de Fort Carson dans le Colorado, la «Brigade de fer» compte environ 3.500  soldats, équipée notamment de chars lourds et de véhicules blindés. Leur déploiement est prévu par rotations dans six autres pays membres de l'Otan, les trois pays baltes, la Roumanie, la Bulgarie et la Hongrie. Hier encore, près de 300 militaires  américains sont arrivés en Norvège! Pays membre de l’Otan, la Norvège avait déclaré, en octobre dernier, avoir adhéré à la demande de Washington concernant le déploiement de troupes sur son sol. Pour ne pas irriter Moscou, cette présence, par rotation, est présentée comme étant un test d'un an qui permettra aux Marines de s'entraîner et de manœuvrer davantage avec l'armée norvégienne dans des conditions rigoureuses.

    Une initiative que ne plaît pas à la Russie qui se trouve dans un contexte de tensions croissantes avec l'Occident autour de la crise en Ukraine et du conflit en Syrie. «Ce sont des manœuvres qui mettent en péril nos intérêts, notre sécurité, d'autant plus qu'il s'agit d'un pays tiers qui augmente sa présence militaire près de nos frontières en Europe. Et ce n'est même pas un pays européen», souligne le porte-parole du Kremlin. Ce déploiement s'inscrit dans le cadre du plus grand renforcement de l'Alliance depuis la fin de la guerre froide.

    Afin de rassurer son voisin soviétique, le gouvernement norvégien précise que des troupes de l'Otan ont l’habitude de s’entraîner dans le pays et que le déploiement de troupes par rotation «n'équivaut pas à l'ouverture d'une base américaine permanente». Jusqu'à aujourd’hui, l'armée américaine disposait en Norvège de quantités démesurées de matériel militaire. Elles ont été pré-positionnées dans des tunnels creusés dans les montagnes.
    Pour rappel, la Norvège s'était engagée, avant de devenir membre fondateur de l'Otan en 1949, à ne pas faire rentrer dans ses terres des forces de combat étrangères «aussi longtemps qu'elle n'est pas attaquée ou menacée d'être attaquée».
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc