×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:4939 Le 16/01/2017 | Partager

    ■ La police australienne à la recherche d’un marsupial
    Un quokka appelé Steve est en danger depuis qu’il s’est échappé de son île au large de la côte ouest de l’Australie et la police locale a rapidement lancé un avis de recherche pour sauver le petit marsupial qu’elle trouve «mignon». Steve a été aperçu pour la dernière fois le 4 janvier dans une poubelle sur le continent où il avait alors été pris pour un gros rat et les autorités sont inquiètes pour sa sécurité, a rapporté la presse nationale.  L’animal s’était échappé de l’île de Rottnest par inadvertance à bord d’une barge de transport des déchets. «Steve est décrit comme étant petit, mignon et revêtu d’une fourrure», a déclaré la police de l’Etat d’Australie occidentale sur sa page Facebook. «Il pourrait se servir de son charme pour inciter des humains naïfs à lui donner à manger».
    Les quokkas, des marsupiaux de la taille d’un chat, sont considérés comme une espèce vulnérable et vivant principalement sur l’île Rottnest, à une vingtaine de kilomètres de Perth. Les experts jugent qu’ils sont peu nombreux sur le continent où ils sont davantage exposés à des prédateurs tels que le renard, ainsi qu’à la circulation. «Comme pour tout fugitif, il ne faut pas s’approcher de Steve car il pourrait se comporter de manière imprévisible», ajoute la police. Cette dernière a par ailleurs demandé à toute personne qui parviendrait à le localiser d’en informer les autorités chargées de la faune sauvage.

    ■ Moby offre ses services à Trump… s’il publie ses déclarations d’impôts!
    Le chanteur et DJ américain Moby a offert ses services afin de se produire le jour de l’investiture de Donald Trump à Washington… à condition que le président élu accepte de publier ses déclarations d’impôts, ce qu’il s’est refusé à faire durant toute la campagne électorale. Moby a indiqué avoir été approché par un agent pour se produire lors de l’un des bals donnés dans la capitale américaine le soir de la prestation de serment du milliardaire, le 20 janvier. «Hahahaha, vraiment? Je pense que j’accepterai de mixer à un bal d’investiture si en paiement Trump publie ses déclarations d’impôts», a confié le chanteur sur Instagram.
    Donald Trump a été le premier candidat à la présidence depuis des décennies à refuser de publier ses déclarations d’impôts, malgré les appels incessants de ses adversaires démocrates. Cela ne l’a pas empêché d’être élu. Et même si Trump s’exécutait, ce qui semble très improbable, il n’apprécierait sans doute pas la liste des morceaux que Moby jouerait: il a en effet livré au magazine Billboard sa playlist pour un éventuel bal d’investiture, pleine d’hymnes politiques et de morceaux revendicatifs.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc