×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les ventes de ciment se stabilisent difficilement

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4939 Le 16/01/2017 | Partager
    Plus de 14,15 millions de tonnes écoulées en 2016
    6 régions ont vu leur consommation baisser
    ventes_ciments_039.jpg

    La région de Dakhla-Oued Eddahab a enregistré un pic de consommation en 2016 (64,3% par rapport à 2015). Mais sa performance (63.771 tonnes de ciment écoulées) est insignifiante comparée à Casablanca-Settat, qui se hisse à la troisième place des ventes avec 3,1 millions de tonnes

    La filière du ciment parvient tant bien que mal à stabiliser ses ventes. A fin 2016, les chiffres du ministère de l’Habitat relèvent un léger recul de 0,7% de la consommation annuelle. Cependant, les chiffres restent stables par rapport à l’année 2015. Des indicateurs qui renseignent sur la morosité du marché de l’immobilier, la baisse des marchés publics, voire parfois l’arrêt des mises en chantier du fait de la conjoncture actuelle. Par ailleurs, le retard pris sur la formation de la majorité gouvernementale a également eu des répercussions non négligeables sur l’investissement public.

    «Seules les reprises des chantiers et de la construction pourraient redynamiser la consommation du ciment et relancer le secteur», tient à préciser une source auprès de l’Association des producteurs du ciment (APC). Selon les dernières statistiques du ministère de l’Habitat et de la Politique de la ville, pour le mois de décembre, la consommation nationale (en tonnes) est évaluée à 1,1 million, soit -12,46% par rapport à décembre 2015. Plus de 14,15 millions de tonnes de ciment ont été consommées en 2016. Ce cumul s’inscrit en légère baisse (-0,70%) par rapport à la consommation à 2015.

    La vente de ciment dans la région de Dakhla-Oued Eddahab a connu en 2016 un pic de 64,3%, soit 63.771 tonnes écoulées durant l’année contre 38.822 tonnes en 2015. Sur l’échelle des plus fortes consommations, Drâa-Tafilalet arrive en tête. Le volume de ciment vendu durant l’année s’élève à 457.136 tonnes contre 419.622 tonnes en 2015. Vient ensuite la Région Casablanca-Settat, qui se hisse à la troisième place des ventes. La région du centre aura connu un net redressement des ventes en 2016. Elle cumule à 3,1 millions de tonnes, soit une progression de 2,1% en comparaison avec le cumul enregistré une année auparavant. Les ventes de ciment ont également grimpé dans le Souss-Massa.

    Le Souss a noté une amélioration de 1,9% pour un volume global de 1,2 million de tonnes. Les statistiques de consommation révèlent par ailleurs une timide évolution de ventes à Fès-Meknès (0,1%) ainsi qu’une stagnation à Rabat-Salé-Kénitra (0%). Les deux régions ont enregistré à fin 2016 un cumul respectif de 1,2 million et 1,7 million de tonnes. En revanche, 6 circonscriptions ont vu leur consommation en ciment baisser en 2016: Béni Mellal-Khénifra (-9,3%), Laâyoun-Sakia El Hamra (-4,6%), Tanger-Tétouan -Al Hoceïma (-4,5%), Guelmim-Oued Noun  (-3,4%), Marrakech-Safi (-2,4%), Oriental (-1,5%).

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc