×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Finatech amorce un nouveau départ

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4939 Le 16/01/2017 | Partager
    E-gov, offshoring, IT… les marchés porteurs
    Un chiffre d’affaires de plus de 260 millions de DH en 2015
    finatech_casanershoore_039.jpg

    Basée au parc Casanearshore, la filiale technologique du groupe FinanceCom a réalisé plus de 260 millions de DH de chiffre d’affaires en 2015 (Ph. L’Economiste)

    «De plus en plus de Marocains seront amenés à réaliser leurs démarches administratives en ligne», soutient Omar Lataoui, directeur général adjoint de Finatech group. Depuis 3 ans, la filiale de FinanceCom spécialisée dans les infrastructures et les technologies enregistre une progression constante. Au delà de ses trois pôles d’expertise: Energie, Télécommunications et Systèmes d’information, l’intégrateur de solutions se positionne sur des marchés en pleine croissance.

    Capitalisant sur ses métiers historiques, le management de Finatech group compte développer en 2017 les secteurs de la défense et la sécurité, la santé, le pétrole & gaz ou encore les énergies renouvelables. Créée en 2007, Finatech est une filiale du groupe FinanceCom. En 2012, une nouvelle équipe dirigeante pilotée par Abdou Bensouda a été nommée à sa tête. En remplacement de l’équipe de Rachid Sefrioui remercié depuis, l’entreprise renoue avec la croissance. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 260 millions de DH en 2015. Quant au chiffre d’affaires 2016 «il devrait être en conformité avec nos budgets.

    L’année 2017 devrait consolider notre positionnement en qualité d’acteur majeur dans l’intégration de solutions technologiques et confirmer le potentiel de croissance de nos activités», soutient Omar Lataoui. Pour ses chantiers de modernisation de systèmes d’information, Finatech a décroché une cinquantaine de marchés publics et privés. Le groupe a à son actif la dématérialisation de plus de 30 millions de bordereaux CNSS, celle des registres de la conservation foncière, …
    La dématérialisation s’invite dans l’administration. En effet, les derniers chiffres disponibles de la DGI relatifs au dépôt en ligne des déclarations des traitements et salaires révèlent qu’à fin février 2016, près de 7.500 déclarations des traitements et salaires ont été déposées en ligne (dont 7.400 pour le seul mois de février), contre environ 1.800 dépôts en 2015.

    Le nombre de personnes déclarées a également enregistré une hausse conséquente de 215% par rapport à 2015, en atteignant plus de 1,5 million de personnes, contre environ 500.000 personnes en 2015. En effet, «certaines administrations sont bien avancées en matière de digitalisation, tandis que d’autres peuvent encore faire évoluer leurs systèmes», soutient Omar Lataoui. Grâce à des outils tels que le BPM (business process management), les administrations parviendront à l’optimisation et la modernisation de leurs outils d’accès et d’échanges avec les usagers. Mais l’amélioration de cette relation passe nécessairement par des changements profonds de gouvernance.

    «L’administration marocaine est appelée à devenir plus moderne, connectée et plus proche des citoyens. Mais tout ne passera pas au digital», précise Stephane Wolsztynski, directeur développement Finatech group… La filiale technologique du groupe Financecom organise la 1re édition du Smart Gov Meeting annoncé pour le 19 janvier prochain à Rabat. Un événement qui se veut un cadre de partage en matière de gestion d’expériences des citoyens dans les administrations publiques.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc