×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    C’est parti pour la messe du football africain

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:4938 Le 13/01/2017 | Partager
    La CAN démarre ce samedi au Gabon
    Le Maroc fait figure d’outsider
    can_2017_gabon_038.jpg

    L’équipe nationale du Maroc en période d’entraînement intensif au stade Sheikh Tahnoun Bin Mohammed d’Al Aïn le 5 janvier 2017. Le jour J est arrivé pour Hervé Renard et ses poulains, vont-ils assurer? (Ph. AFP)

    La Coupe d’Afrique des nations (CAN) revient pour sa 31ème édition. Les attentes sont nombreuses pour cette compétition qui s’ouvre ce samedi à Libreville (Gabon). Les organisateurs promettent une CAN plus festive pour casser la réputation de compétition low-cost moins cotée que l’Euro. Deux nouveaux stades ont d’ailleurs été construits pour donner plus d’ampleur à la messe biannuelle du football africain. Le spectacle sera aussi et surtout assuré par les plus grands talents et espoirs que regroupe le continent. Si certains seront absents (le marocain Soufiane Boufal ou encore l’ivoirien Gervinho), les autres sont bien présents.

    De l’algérien Ryad Mahrez, meilleur joueur africain de 2016, à l’égyptien Mohamed Salah en passant par le gabonais Pierre-Emerick Aubameyang et le sénégalais, Sadio Mané, tous devront avoir à cœur de mener à bien les destinées de leurs équipes nationales respectives et donc assurer le spectacle pour le plaisir des fans du foot.  
    Le Maroc qui a floqué son costume de challenger après avoir quelque temps était placé  parmi les favoris participera pour la 16e fois de son histoire à cette compétition. Objectif: aller le plus loin possible et surtout rompre avec la série de disqualifications au premier tour. Mais la tâche sera ardue pour les lions de l’Atlas. Et pour cause, les hommes de Hervé Renard, double champion d’Afrique avec la Zambie et Côte d’Ivoire qui espère faire la passe de trois avec une troisième nation, sont tombés dans un groupe des plus difficiles où, ils devront d’abord se défaire de la RDC (lundi 16 janvier à 19h) avant d’affronter, le Togo (vendredi 20 janvier à 16h), puis se frotter à la Côte d’Ivoire, équipe tenante du titre. Mais le plus inquiétant, c’est la série de forfaits qu’a essuyé la sélection marocaine.

    En effet, l’équipe sera privée de ses principaux atouts offensifs (Younes Belhanda, Nourredine Amrabat, Soufiane Boufal, Ousama Tanane). A cela, il faut ajouter la non-sélection de Hakim Zyech, la pépite de l’Ajax d’Amsterdam. Sans oublier une préparation tronquée avec une rencontre amicale contre l’Iran annulée et une défaite face à la Finlande en match de préparation.    
    Toujours est-il, l’équipe nationale dispose de plusieurs atouts pour atteindre son premier objectif. D’abord une formation homogène avec des joueurs expérimentés menée par Mehdi Benatia, le défenseur de la Juventus de Turin. L’équipe nationale dispose aussi d’un sélectionneur des plus connaisseurs du foot africain. Renard est  le seul entraîneur à avoir été sacré à deux reprises avec 2 nations différentes.Les spécialistes croient en son efficacité dans la préparation mentale des joueurs et sa capacité à faire émerger des talents qui vont permettre à l’équipe nationale de compenser les absences.

    Outre le retour de la sélection marocaine, la CAN enregistrera aussi le retour de l’équipe égyptienne (7 fois champion d’Afrique) qui avait manqué les 3 dernières éditions. L’Egypte fait figure de favori au même titre que l’Algérie, le Ghana et la Côte d’Ivoire. En tout cas, le tournoi promet de belles oppositions: Algérie-Tunisie (19 janvier), Algérie-Sénégal (23 janvier), Côte d’Ivoire-Maroc (24 janvier) ou encore Egypte-Ghana (25 janvier). Les rencontres promettent d’être encore plus séduisantes dès les quarts de finale. Espérons que l’équipe nationale en fera partie.

    Grosse couverture médiatique

    LA chaîne qatarie Bein Sports a acquis l’exclusivité des droits pour la compétition. Elle prévoit à cet effet une couverture totale de l’évènement, soit 32 matches en direct. Pour la phase de poules, deux matches quotidiens sont programmés à 16 et 19 heures. Bonne nouvelle pour les téléspectateurs marocains puisque la chaîne a indiqué qu’elle ne leur appliquerait aucun frais supplémentaire pour la retransmission de la CAN.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc