×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Location de véhicules: Franchise verte pour Hire Automotive Group

    Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:4937 Le 12/01/2017 | Partager
    La niche des hybrides et électriques dans le viseur
    Alliance stratégique avec l’anglo-saxon Greenmotion
    hire_automotive_group_037.jpg

    Richard Lowden, fondateur de l’enseigne anglaise Greenmotion et Tarik Dbilij, PDG de Hire Automotive Group (HAG) lors du lancement de la franchise location de véhicules écolo (Ph. F.F)

    Le marché de la location de véhicules de tourisme et utilitaires amorce un virage timide mais prometteur. Hire Automotive Group (HAG) et Greenmotion ont signé, mardi 10 janvier 2017 à Nouaceur, une convention master-franchise exclusivement pour le Maroc. «Ce partenariat qui prend effet le même jour de sa signature ambitionne de développer la location de véhicules à moteurs à très faible émission CO2, hybride et électrique», nous déclare le jeune PDG de HAG, Tarik Dbilij.
    Via cette franchise, l’enseigne anglaise s’implante pour la première fois en Afrique du nord. «Nous sommes déjà présent dans 27 pays dont le Maroc. Nous visons à atteindre 100 pays dans les années à venir», confie le fondateur de Greenmotion, Richard Lowden.

    L’accord scellé dans la zone industrielle de Nouaceur (Sapino) -basée à une trentaine de kilomètres de Casablanca- contient plusieurs modalités: bénéficier du savoir-faire du partenaire anglais, de son réseau de réservations... L’entreprise british créée en 2007 dispose d’un accès direct à plus d’une quarantaine de plateformes mondiales de réservations. Le paiement de la location du véhicule et de sa caution dans le réseau étranger de Greenmotion pourra se faire à partir du Maroc. Pas besoin de devises pour les clients.

    Installé en juin 2016 dans son nouvel immeuble blanc-bleu de 5.000 m2, Hire Automotive Group semble avoir un gros appétit. Son top management assure que «des négociations sont en cours à l’international avec des constructeurs automobiles pour l’acquisition de 250 à 300 véhicules propres ou à très faible consommation». Pour des raisons évidentes de confidentialité, l’identité des sociétés concernées par les tractations ne nous a pas été communiquée.

    Toutefois, l’entreprise marocaine vise en 2017 un chiffre d’affaires de 35 millions de DH. C’est du moins ce qui «a été préétabli» par le business plan qui projette également d’installer des bornes électriques dans une quinzaine d’agences détenues par HAG. «Elles seront destinées exclusivement à nos clients. La norme est de placer une borne tous les 250 km», précise Tarik Dbilij qui préside aussi la Fédération des loueurs d’automobiles sans chauffeurs au Maroc (Flascam).
    Il faut compter en principe «20 minutes pour recharger un véhicule électrique et toute une nuit si la charge se fait à domicile. La location sera pratiquement au même prix fixé pour une voiture classique avec la charge de carburant en moins», argue Hire Automotive Group.

    La présence plus forte depuis 2011 de marques asiatiques et françaises sur le marché du transport écolo pousse à penser qu’une offre plus consistante est en train de prendre forme. «L’électronique embarquée va pousser dans la prochaine décennie encore plus fortement les constructeurs et les consommateurs vers la mobilité électrique», estime le patron de Greenmotion.
    Ce virage est accentué par l’investissement R&D des géants du Web (Gafa) dans le secteur automobile. Bousculant ainsi les pratiques consuméristes, le modèle économique classique et les opérateurs dominants.
    Le rôle de l’Etat reste stratégique dans l’émergence de ce marché alternatif.

    Jérôme Stoll, directeur commercial Monde de Renault, relève que «les incitations fiscales (notamment pour la vignette et l’assurance) et l’infrastructure (bornes, batteries...)» sont des leviers indispensables pour la promotion d’un programme de mobilité électrique (cf. L’Economiste du 6 décembre 2013).
    Le gouvernement affiche des ambitions souveraines dans la protection de l'environnement, l’efficacité et l’indépendance énergétique. Il doit anticiper pour avoir une place confortable dans un marché en pleine restructuration. Les lois de Finances et des partenariats public-privé sont un précieux outil pour accéder au nouveau monde

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc