×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca: Cure de jouvence au centre du Maârif

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4910 Le 02/12/2016 | Partager
    Réhabilitation de la Rue de Jura, complexe culturel Zefzaf…
    Asphaltage et pavé pour les principales rues
    Nouvelle vision pour la place Ben Barka
    rue_de_jura_010.jpg

    Un record de saleté… l’une des plus anciennes rues piétonnes du Maârif, Oussama Ibnou Zaïd (ex-Rue de Jura) fait peine à voir. Longtemps abandonnée à son sort, l'artère sera réaménagée parallèlement au complexe Mohamed Zefzaf (Ph. Khalifa)

    Enfin un coup de lifting au centre du Maârif !Travaux de voirie, mise à niveau de la Rue de Jura, du complexe Zefzaf, place Ben Barka… Plusieurs chantiers sont déjà engagés, d’autres sont dans le pipe. Depuis quelques semaines, une campagne d’asphaltage et de carrelage est menée dans plusieurs ruelles de ce quartier commercial. Il était temps vu l’état de délabrement avancé de la zone, abandonnée à son sort depuis plusieurs années. «Un budget de 6,5 millions de DH a été consacré au goudronnage des rues prioritaires», confie Abdessamad Haikar, président de l’arrondissement de Maârif. Interrompues pour plusieurs semaines à cause de la  période électorale, les opérations d’asphaltage et de pose de carrelage ont repris. Selon Haikar, le choix des premiers axes bénéficiaires s’est basé sur les plaintes des riverains et commerçants, en concertation avec les élus et les autorités locales. «Nous sommes en train d’établir les priorités pour l’année 2017, suivant le niveau de dégradation des rues et  en coordination avec la CUC et la SDL Casa-Aménagement», poursuit Haikar, qui est aussi 1er vice-président du conseil de la ville chargé de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et des biens communaux. Sachant qu’aux côtés des arrondissements, d’autres intervenants (comme Casa-Aménagement, la CUC…) contribuent aussi à la mise à niveau des artères de la métropole.
    Aujourd’hui, le président de l’arrondissement, qui promet de restituer son attractivité au centre-Maârif, entame d’autres chantiers. Il envisage en effet la réhabilitation de la Rue de Jura afin de rétablir son lustre d’antan. «Nous allons charger Casa-Aménagement d’effectuer une étude architecturale pour un nouveau concept», signale Haikar.

    maarrif_ruelles_010.jpg

    Les anciens pavés sont enlevés en attendant le nouveau carrelage (Ph. Jarfi)

    Lydec sera également appelé à déplacer ses réseaux avant le démarrage des travaux de réaménagement. «Ce projet est d’autant plus intéressant que le complexe culturel Mohamed Zefzaf est en pleine rénovation», poursuit le responsable communal. Au bout de 10 mois de travaux, l’intérieur du complexe sera complètement remis à niveau (sonorisation, acoustique, salle de spectacle, toilettes…). Des ascenseurs seront également aménagés pour les personnes à mobilité réduite, ainsi qu’une médiathèque au 2e étage, un institut des arts au 1er étage …
    Une réflexion est également engagée pour la réhabilitation de la place Ben Barka (ou place du marché). «Nous avons plusieurs scénarios, mais aucun n’est encore retenu pour le moment», tient à préciser le président de l’arrondissement. L’une des options envisagées serait d’y aménager un parking souterrain et de la transformer en zone piétonne. En attendant, il faudra tout d’abord résoudre le problème du foncier, appartenant au domaine privé.
    Pour l’heure, le président de l’arrondissement de Maârif démarre un chantier lourd vu l’état actuel du quartier Maârif, l’un des plus importants et des plus stratégiques du Maroc. Les habitants et les commerçants se plaignent depuis un moment de l’anarchie qui y règne. Des dysfonctionnements liés à l’urbanisme ont également été relevés par l’enquête de l’Intérieur qui a mené au limogeage de l’ancien président (cf. notre édition du 9 janvier 2015).
    Pour rappel, cette année, les 16 arrondissements de Casablanca ont vu leurs dotations multipliées par 3. Les élus ne pourront donc évoquer l’argument  de l’insuffisance des dotations annuelles pour ne rien changer sur leurs territoires.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc