×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Gouvernement: Rien n’est encore tranché

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4907 Le 29/11/2016 | Partager
L’USFP rappelle sa position favorable à la participation
Mais rien ne se fera sans «les compétences du RNI»
Akhannouch prépare son parti pour être mieux positionné en 2021
gouvernement_benkirane_akhenouch_007.jpg

Une rencontre est attendue cette semaine entre Abdelilah Benkirane et Aziz Akhannouch. Elle devra donner plus de visibilité concernant la formation du gouvernement, notamment avec l’annonce de la décision finale du RNI, concernant son entrée dans la majorité (Ph. Bziouat)

Le suspense concernant la composition de la majorité prendra-t-il fin cette semaine? Rien n’est sûr pour l’instant, en dépit de l’amélioration des relations entre les patrons du PJD et du PPS. Abdelilah Benkirane a reçu Driss Lachgar, vendredi dernier. Une rencontre qui a permis d’apaiser les relations, très tendues durant les dernières semaines. Ce qui a favorisé un «plus grand rapprochement entre les deux partis». D’où «l’amélioration des perspectives de la participation de l’USFP au gouvernement», comme l’a annoncé Benkirane. Mais, pour le moment, rien n’est encore tranché. Les patrons des deux formations ont prévu de nouvelles réunions dans les prochains jours. En principe, cela devra se faire après la rencontre prévue entre Benkirane et Aziz Akhannouch. Au moment où nous mettions sous presse, aucune date n’a été encore fixée. Le chef du gouvernement attendait le retour du président du RNI de la tournée royale en Afrique pour relancer les négociations. Or, Akhannouch semble donner la priorité à la restructuration interne de sa formation. Dès son retour de Madagascar, il a initié une tournée qui va le conduire, durant 6 semaines, dans les différentes régions.
Le patron du parti de la colombe veut insuffler un nouveau rythme dans l’action des coordinations locales; L’objectif est d’être mieux préparé pour les élections de 2021. Akhannouch veut attirer les 1,5 million d’électeurs ayant boudé les urnes lors du dernier scrutin dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Une logique qui devra être dupliquée dans les autres régions. Ce qui permettra au RNI d’assurer un meilleur positionnement sur l’échiquier politique. Aujourd’hui, la formation du gouvernement est en stand-by, en attendant la décision finale du RNI. Abdelilah Benkirane est conscient de l’importance de la participation de ce parti, connu pour être un gisement de compétences. Sur le plan numérique, le patron du PJD a assuré une majorité, grâce aux 20 sièges de l’USFP, y compris le premier secrétaire, Driss Lachgar, qui a maintenu sa décision favorable à l’entrée au gouvernement. Mais, au-delà de la logique arithmétique, le prochain gouvernement a besoin de compétences pour gérer certains grands dossiers. Devant les militants Rnistes de Tanger, Akhannouch a rappelé que sa formation «est un parti de cadre, ouvert sur toutes les catégories de compétences». Il ne s’est pas clairement prononcé sur la participation du RNI dans le prochain gouvernement. Mais il a insisté sur les critères de choix des ministrables, «au cas où nous ferons partie du gouvernement», a-t-il dit. Pour Akhannouch, les ministres Rnistes doivent être «prêts à être mobilisés, même les jours du week-end, et capables de se déplacer dans les régions pour être à l’écoute des citoyens».

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    ab[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc