×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Noor Tafilalet: La compétition entre dans le vif

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4900 Le 17/11/2016 | Partager
    11 candidats préqualifiés
    Trois centrales photovoltaïques d’une capacité de 120 MW

    Les choses sérieuses commencent pour le projet Noor Tafilalet. L’ONEE a invité, mardi 15 novembre, les candidats préqualifiés à télécharger le dossier de l’appel d’offres. Au total, 11 groupements ont été retenus dans cette seconde phase. Parmi eux figurent Aktor (Grèce), Chint/KT Corporation (Chine/Corée du Sud), CNTIC/Yingli (Chine), Covec (Chine), Efacec/Energy Transfo (Portugal/Maroc), First Solar/Belectric/Cegelec (Etats-Unis/Italie/Maroc), Inabensa/Inabensa Maroc/Endesa Ingeniera (Espagne/Maroc)… Des candidats sélectionnés parmi une cinquantaine de 19 pays. Ce qui confirme le fort engouement des investisseurs pour ce projet.
    Le marché porte sur la construction, l’exploitation et la maintenance de trois centrales photovoltaïques d’une puissance unitaire de 40 MW, soit une puissance totale de 120 MW. Une capacité qui a été étendue par rapport au schéma initial qui prévoyait une puissance totale de 75 MW, à raison de 25 MW l’unité. Les trois composantes du projet seront installées à Zagora, Erfoud et Missour. Le projet sera réalisé dans le cadre d’un marché clés en main. Le contrat prévoit la réalisation des études d’exécution, du génie civil, la fourniture et l’installation des équipements, le transport, le montage, la mise en service, l’exploitation et la maintenance pendant une durée de cinq ans. L’on prévoit l’entrée en service des trois centrales en 2018.Le montant de l’investissement se monte à 1,5 milliard de dirhams (150 millions de dollars). Le projet bénéficie déjà d’un prêt de 1,27 milliard de dirhams de la part de la Banque mondiale, dont 236 millions de dirhams consentis par le fonds pour les technologies propres, porté par la même institution.
    L’ONEE développe un plan photovoltaïque de 400 MW ciblant les régions situées en bout de ligne (alimentées par des lignes 60 kV en antenne et éloignées des postes de transformation). Celui-ci vise la construction de centrales photovoltaïques d’une puissance unitaire de 20 à 30 MW, voire plus, raccordées au réseau électrique haute tension (60 kV). Le projet Noor Tafilalet constitue la première étape de ce programme. Il sera suivi par Noor Atlas, d’une puissance globale de 200 MW. Huit sites ont été retenus pour le développement de centrales, pour un coût global de plus de 3,3 milliards de dirhams (300 millions d’euros). L’ONEE table sur des prêts concessionnels de la KfW et de la BEI ainsi qu’un don de la Commission européenne. La date d’entrée en service initiale avait été fixée à 2017, mais elle devrait être reportée puisque le marché n’a pas encore été attribué. Le projet Noor Argana (100 à 125 MW) représente  la troisième composante du plan photovoltaïque et devrait produire au moins 200 GWh par an. Les sites retenus pour la construction de trois à quatre centrales sont situés dans les régions d’Erhamna, Tensift et Boumalen. Le montant de l’investissement est estimé à environ 2,5 milliards de dirhams (250 millions de dollars), sans compter les frais d’études. Le montage financier n’a pas encore été bouclé, mais plusieurs bailleurs de fonds ont déjà manifesté leur intérêt pour le projet. La date de mise en service de Noor Atlas devra elle aussi être remise puisque l’appel d’offres n’a pas encore été lancé.

    Un programme de plus de 400 MW

    Le programme photovoltaïque de 400 MW développé par l’ONEE représente un outil de gestion du réseau électrique puisqu’il est principalement destiné à améliorer la qualité de service dans les régions où l’approvisionnement en électricité est dégradé. Il permettra également d’améliorer l’efficacité énergétique via la mise en œuvre de techniques optimisant l’électricité et réduisant les pertes en ligne.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc