×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    L’UPF se rapproche de l’université de Grenade

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4894 Le 09/11/2016 | Partager
    Programmes, recherches, échanges… en priorité
    Un appel aux politiques pour renforcer les liens
    upf_univesrite_grenade_094.jpg

    José Antonio Gonzalez Alcantud, professeur à l’université de Grenade (à gauche) et Mohamed Daoudi, recteur de l’UPF (au centre) signant l’accord de partenariat entre leurs institutions sous l’œil attentif de Mohamed Aziz Lahlou (à droite), président de l’UPF (Ph. YSA)

    C’est un mariage de raison entre deux universités, moderne et historique. La convention, signée récemment entre l’université privée de Fès (UPF) et l’université de Grenade, installe les bases d’une coopération universitaire multidisciplinaire.
    Selon les termes de cet accord, les deux partenaires devront fructifier leurs relations bilatérales et développer de nouvelles pistes de recherche inter-universitaires. «Il est bien stipulé dans l’article 4 de la convention que les deux universités désirent renforcer les liens culturels, scientifiques et académiques entre le Maroc et l’Espagne», indique Ahmed Laaroussi, directeur de l’école supérieure des métiers de l’architecture et du bâtiment de l’UPF. Et d’ajouter: «au-delà des aspects académiques et scientifiques, nous avons initié un rapprochement entre les deux villes et nous avons eu plusieurs réunions en ce sens avec Btissam Dahmani Idrissi, vice-présidente de la Commune de Fès chargée des relations internationales et coopération». En définitive, et comme le précise Mohamed Aziz Lahlou, président de l’UPF, «cette convention est un appel aux politiques pour renforcer l’initiative du scientifique». «C’est une initiative de notre part pour rapprocher nos deux villes dans le but d’un éventuel partenariat ou jumelage», renchérit le président de l’UPF. Concrètement, son université vise à développer des relations académiques, culturelles et scientifiques avec l’université de Grenade. La coopération entre les deux entités se fera à travers l’échange d’informations sur les spécialités, plans d’études, et calendriers universitaires. De même, les deux universités mettront en commun toute information nécessaire concernant les projets de recherches en cours dans des thèmes d’intérêt commun. Sont prévus également l’échange d’enseignants et chercheurs, la publication conjointe de livres et travaux de recherche, des rencontres périodiques entre professeurs et chercheurs, et l’instauration d’une commission commune.   
    En tout cas, le partenariat scellé entre les deux universités «n’est qu’un retour aux sources». Les initiateurs de ce projet estiment que «l’histoire commune du Maroc et de l’Espagne, les relations politiques entre les deux pays, et leur patrimoine humain, scientifique, architectural, paysager, culturel, intellectuel, encourageraient une coopération multidimensionnelle». Pour José Antonio Gonzalez Alcantud, professeur des universités d’anthropologie sociale à l’université de Grenade, «la complémentarité entre la modernisation de l’UPF et le savoir historique de l’université de Grenade boostera la promotion de l’inter-échange des savoirs scientifiques». «Il faut se passer de la rhétorique et penser vraiment à une collaboration technique et pousser les deux villes à créer un lien de jumelage qui permettra de contribuer aux relations bilatérales entre les deux pays», conclut-il.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc