×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Budget 2017: La masse salariale encore sollicitée

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:4882 Le 24/10/2016 | Partager
    Création de 23.118 postes budgétaires l’année prochaine
    L’Intérieur et l’Education nationale les mieux servis

    Même si le gouvernement affirme haut et fort que la masse salariale grève le budget, il maintient le rythme de création des postes budgétaires dans la fonction publique. Ainsi, le projet de loi de finances pour 2017 a prévu le recrutement de 23.118 fonctionnaires. Comme l’année dernière, c’est l’Education nationale qui se taille la plus grosse part avec 8.000 postes budgétaires pour combler l'énorme déficit d'enseignants.  D'ailleurs, le Souverain a récemment donné ses instructions pour en finir avec cette grosse défaillance qui plombe tous les efforts de réforme de l'école publique (cf. www.leconomiste.com).
    De son côté, la sécurité, érigée en priorité, est elle aussi alimentée en ressources humaines. Ainsi, 7.800 postes budgétaires sont réservés au ministère de l’Intérieur. L’Administration de la défense nationale sera dotée de 4.000 postes. Le ministère de la Santé, qui était prioritaire par le passé, va se contenter  de seulement 900 postes et celui de l’Economie et des finances de 435. Les départements de l’Enseignement supérieur, des Habous et de la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion auront chacun 400 postes. La Cour royale 200 postes, le ministère de la Justice 100. Le reste des ministères auront moins de 100 chacun, sachant que le chef du gouvernement est habilité à répartir 50 postes budgétaires entre les différents départements ministériels. Reste la mise en œuvre qui devra transiter obligatoirement par l’organisation de concours pour le pourvoi de ces postes budgétaires en 2017. Ceux prévus par la loi de finances en cours ne sont pas totalement exécutés. Au cours du premier semestre de cette année, ce sont les ministères de l’Intérieur et des Finances qui se placent au premier rang des départements ayant le plus ouvert de postes pour le recrutement. Ainsi, ils ont organisé respectivement 9 concours pour 5.694 postes et 5 pour 863 postes. La moyenne des postes destinés au recrutement au titre de ce premier semestre est de 67 postes par concours pour l’ensemble des administrations publiques. Elle est nettement supérieure à celle enregistrée au titre des années 2015 et 2014, soit  respectivement 55 et 50 postes par concours. Sur le plan sécuritaire, 3.570 postes budgétaires ont été mis en compétition pour les grades de gardien de la paix, 1.040 pour celui d’inspecteur de police et 300 pour celui des officiers. Par ailleurs, le salaire net mensuel moyen dans la fonction publique a connu une augmentation de 44,38% entre 2007 et 2016, passant ainsi de 5.333 à 7.700 DH. L’analyse par tranches de salaires fait ressortir que 54% des fonctionnaires  civils de l’Etat perçoivent mensuellement entre 6.000 et 14.000 DH nets. A peine 2,36% ont un salaire supérieur à 20.000 DH par mois. Près de 39% ont un revenu mensuel net inférieur à 6.000 DH. Les moins bien lotis sont près de 9,26%. Ils gagnent entre 3 et 4.000 DH par mois ; sachant que le salaire minimum a presque doublé pour atteindre 3.000 DH en 2016 contre 1.586 en 2007.

    A peine 11,5% de femmes

    Le nombre de nominations aux emplois supérieurs, après délibération en conseil de gouvernement durant la période de 2012-2016, s’élève à 646 et 81 exemptions et mobilités réparties sur 31 départements. C’est le ministère de l’Enseignement supérieur qui a décroché le record avec 148 nominations, suivi de loin par l’Education nationale avec 54, l’Agriculture (44), la Santé (43), l’Energie (40), l’Urbanisme (39) et l’Equipement (38). Le nombre des femmes nommées dans les postes de responsabilité n’a pas dépassé 11,5% du total.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc