×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Représentativité féminine
Le coup de gueule des ONG

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4880 Le 20/10/2016 | Partager
Les partis font peu confiance aux femmes
Elles sont absentes de la direction des campagnes électorales
Dans les listes locales, elles sont souvent reléguées au dernier rang
femmes_politique_080.jpg

Les femmes sont souvent la véritable cheville ouvrière des campagnes électorales. Mais elles sont chargées de missions de second rang, souvent privées des responsabilités comme la direction des campagnes (Ph. Bziouat)

Avec 81 sièges à la Chambre des représentants, la représentativité féminine a réalisé une légère progression par rapport à 2011 (67 femmes), soit une évolution de 17 à 21% de l’ensemble des députés. Mais cela ne semble pas satisfaire les dirigeantes des ONG de défense des droits des femmes, qui jugent que «ce taux reste loin de l’objectif de la parité, prônant d’atteindre au moins le tiers des sièges», comme l’a rappelé Latifa Bouchoua, présidente de la Fédération des ligues des droits des femmes. C’est l’une des principales conclusions du rapport d’observation de ce collectif d’ONG, axé sur l’approche genre, présenté hier à Rabat. Ses observateurs ont réalisé un suivi des différentes étapes de la période électorale. Principale conclusion: la parité reste encore loin de constituer une priorité pour les partis politiques. Les stéréotypes ont encore la peau dure. Cela se manifeste dans les différents aspects de l’opération électorale. Les partis «ne semblent pas faire confiance aux femmes, et appuient rarement leurs candidatures». Celles-ci sont les véritables chevilles ouvrières de la campagne électorale. «Les femmes sont présentes en force, en dépit des conditions difficiles, liées notamment à la pauvreté et l’ignorance», peut-on lire dans le rapport de cette fédération. Elles sont chargées essentiellement de la mobilisation de l’électorat notamment dans les quartiers populaires. Mais elles ne sont que rarement munies de véritables responsabilités. Par exemple, «la direction des campagnes électorales n’est jamais confiée à une femme», constatent les responsables de la Fédération. Elles «prennent rarement la parole pour présenter les programmes de leurs partis», est-il noté. D’autant plus que les «meetings électoraux avaient rarement consacré des interventions portant sur les problématiques liées aux droits des femmes». Même le langage utilisé durant ces rassemblements est marqué par «des expressions machistes». Au niveau des candidatures, le rapport de la Fédération des ligues des droits des femmes dénonce la faible représentativité des femmes dans les listes locales. Les têtes de listes se sont limitées à 6 femmes. Les autres, «sont classées dans les derniers rangs, uniquement pour le décor», déplorent les responsables de ce collectif d’ONG. Pour eux, cette situation est due aux défaillances qui caractérisent la loi organique relative à la Chambre des représentants, amendée quelques mois avant le scrutin. «Elle a été adoptée dans la précipitation, sans prendre en considération les propositions de la société civile, pour favoriser une plus grande représentativité des femmes au Parlement», dénoncent-ils. Aujourd’hui, cette fédération lance un appel pour une refonte de la structure électorale, en vue d’assurer le respect de l’approche genre dans les différents aspects de cette opération. Les partis sont également interpellés, notamment via leurs groupes parlementaires. L’idée est de pousser vers un amendement des règlements intérieurs des deux Chambres, pour introduire des mécanismes garantissant un plus grand accès des femmes aux postes de responsabilité au sein de l’institution législative.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc