×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:4875 Le 13/10/2016 | Partager

    ■ Mobilisation contre l’accord UE-Canada

    Une trentaine de représentants des organisations Attac, Confédération paysanne et les Amis de la terre ont manifesté mardi dernier contre le Ceta. Ce traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne doit être signé le 27 octobre à Bruxelles en présence du Premier ministre canadien Justin Trudeau. Mais il devra ensuite être ratifié par les Parlements des Etats membres. Ses opposants ont prévu de manifester ce jour-là à Bruxelles. En attendant, une mobilisation contre le Ceta et le Traité nord-atlantique (TTIP/Tafta) est prévue samedi prochain en France. Le Premier ministre français Manuel Valls devait se rendre, mercredi, au Canada pour discuter du climat, du Mali et Ceta.

    ■ Un nouveau référendum sur l'indépendance écossaise?
    Les nationalistes au pouvoir en Écosse se réunissent ce jeudi 13 octobre pour leur congrès annuel avec l'indépendance sur la table, après le Brexit. La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, chef du Parti national écossais (SNP), a promis d'explorer «toutes les options» pour protéger la place de l'Écosse dans l'UE, puisqu'elle a voté à 62% pour rester dans le club. Cela signifie pour les nationalistes un second vote sur l'indépendance du reste du Royaume-Uni, même après l'échec du précédent référendum en 2014, qui a rejeté la sortie du pays par 55% des voix.

     ■ Etrangers de l'UE: Berlin restreint les aides sociales
    Le gouvernement allemand vient d’adopter un projet de loi restreignant l'accès aux prestations sociales des immigrés en provenance de l'Union européenne. Selon ce texte, les ressortissants européens vivant en Allemagne sans travailler n'auront plus droit aux aides sociales avant un séjour légal de cinq années dans le pays. Les personnes concernées pourront prétendre à une allocation transitoire d'un mois maximum jusqu'à leur départ.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc