×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Les auberges de jeunesse, nouveaux concurrents des hôtels

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4873 Le 11/10/2016 | Partager
    Un hébergement qui attire désormais les globe-trotters, les familles et même les businessmen
    Un Marocain s’allie à Booking pour un site de réservation premium et luxe au monde
    auberges_jeunes_073.jpg

    Dans les capitales mondiales, les auberges de jeunesse, «hostel» pour les Anglo-Saxons, concurrencent clairement les hôtels, en proposant des services de confort en plus de leur convivialité (Hong Kong Campus) (Source: www.hotels-g.com)

    Pendant longtemps, l’auberge de jeunesse a traîné une piètre image liée à la qualité de service, ses équipements sommaires et vétustes en plus de la mauvaise localisation. Aujourd’hui, ce temps est bien révolu, avec l’émergence d’une nouvelle génération de voyageurs plus sensibles au confort et à la sécurité. Surfant sur cette vague, ce créneau est devenu porteur et tend de plus en plus vers le luxe. Dans les capitales mondiales, le concept a totalement été rénové avec des auberges de jeunesse premium et une localisation centrale, des équipements modernes, un design chic et tendance.
    Certaines auberges offrent aujourd’hui la possibilité de dormir en dortoir confortable ou en chambre privée. D’autres offrent même des services innovants comme les cours de yoga, de cuisine, free walking pour faire le tour de la ville, location de segway, exposition in situ dans l’établissement, clubbing, bar et restaurant sur place, et même une piscine. Et elles ne sont pas contraintes de faire partie d’un réseau comme cela a toujours été le cas depuis l’apparition du concept d’auberges de jeunesse au début du siècle dernier. C’est donc la révolution des auberges de jeunesse. Mourad Boussaid a repéré le filon et en a fait son business. «J’ai eu la chance de voyager partout dans le monde très jeune, de visiter les 5 continents et d’effectuer un tour du monde en 2013 durant plusieurs mois», raconte le fondateur du site www.mychichostel.com. Lors de ses voyages, il a découvert de belles adresses d’auberges de jeunesse premium qu’il a compilées dans son carnet de voyage. Sur Internet, personne n’avait encore écrit de guide sur les meilleures auberges de jeunesse au monde. Il a donc été le premier à répertorier ces adresses sur un guide en 2014, le Top 50 mondial des auberges de jeunesse design.
    Depuis, Boussaid a créé le site www.mychichostel.com, le seul de réservation des auberges de jeunesse premium et luxe au monde. En partenariat avec Booking.com, ce site propose les meilleures adresses mondiales d’auberges de jeunesse qui rentrent dans cette catégorie. MyChicVoyage adopte 4 critères pour sélectionner les auberges faisant partie de son réseau: le design, les services, la localisation et la réputation. Le site propose plus de 200 auberges de jeunesse, dans 46 pays et 94 destinations et reste le seul sur ce créneau pour le moment, à savoir la réservation via le site. «Les auberges de jeunesse concurrencent clairement les hôtels, en proposant notamment et de plus en plus de chambres privées qui peuvent satisfaire les couples, les trentenaires et quadra et les familles», remarque Boussaid. De plus, ces auberges offrent une atmosphère unique faite de rencontres entre voyageurs via les espaces communs, à la différence des hôtels où, généralement, les clients ne cherchent pas à sociabiliser entre eux.
    Alors pourquoi les voyageurs devront désormais considérer l’option d’hébergement dans les auberges de jeunesse? Loger dans des auberges de jeunesse répond à deux motivations. D’abord pour le coût. En effet, il est possible de trouver un lit pour moins de 20 euros au coeur de Paris, Londres ou New-York, chose impossible pour les hôtels de ces destinations où la chambre coûte au minimum 100 euros. En Asie, les prix sont encore moins chers. Ensuite, les auberges sont faites pour rencontrer d’autres voyageurs dans les dortoirs et ainsi rompre avec la solitude du voyageur. Le prix abordable est important, mais le confort, la convivialité et la rencontre d’autres voyageurs comptent aussi désormais.

    Un peu d’histoire

    Le concept d’auberge de jeunesse est né en Allemagne au début du 20e  siècle. La première auberge de jeunesse a été fondée par Richard Shirrmann en 1909, un enseignant allemand qui organisait de fréquents voyages et excursions avec ses étudiants. L’auberge de jeunesse était un endroit où on éduquait et où on stimulait la découverte de la nature. Les principes fondateurs sont: neutralité politique, accueil de toute la jeunesse sans distinction, afin de favoriser l’amitié et la paix, éloge du voyage et de la nature. La mondialisation aidant, le concept évolue et s’ouvre à tous, sans limite d’âge et propose parfois des activités sportives et de loisirs.

    Génération Y, familles, retraités...

    Par le passé, les auberges de jeunesse imposaient une limite d’âge à ne pas dépasser, avec la condition d’être étudiant ou membre d’un réseau d’auberges. Aujourd’hui, cette limite a été levée au profit d’une large clientèle qui a de plus en plus les moyens et le temps de voyager. Ainsi, le cœur de cible de ces auberges de jeunesse nouvelle génération sont les millenials plus connus aussi sous le nom de la génération Y et de manière générale les voyageurs de 18 à 35 ans. De plus en plus de businessmen y séjournent aussi, des familles qui réservent un dortoir de 4 ou une suite avec un lit double et un lit superposé, voire même des retraités.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc