×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Aérien: Trafic intensifié en juillet

    Par Ayoub IBNOULFASSIH | Edition N°:4836 Le 16/08/2016 | Partager
    L’avion de plus en plus prisé par les MRE
    Le domestique prend son envol de près de 17%
    L’aéroport Mohammed V, toujours en tête de peloton
    aerien_trafic_036.jpg

    L’aviation civile améliore ses performances en pleine saison estivale. En juillet dernier, l’activité a réalisé des pics de flux: «1,76 million de passagers» ont été accueillis dans les 20 aéroports du Maroc, soit une appréciation de 12% par rapport à la même période en 2015. Cet engouement pour l’aérien est vérifié aussi bien sur le segment international qu’au niveau domestique. Après le recul enregistré en juin dernier, impacté, notamment par l’atonie liée à la baisse d’activité du mois de Ramadan, la branche internationale (90% du volume global) retrouve son niveau de trafic normal. Sa performance à l’international ressort à 11,67%, boostée principalement par la reprise du marché européen. L’amélioration des chiffres liés au trafic s’explique par le changement des habitudes de voyages des MRE, de plus en plus nombreux à privilégier l’aérien à la traversée en voiture du détroit de Gibraltar. Ce changement de comportement (dicté par l’émergence de la 2e et 3e génération MRE) s’accompagne d’une offensive low-cost menée depuis des années par certaines compagnies aériennes avec des offres alléchantes à la clé. Au niveau national, l’objectif affiché est d’encourager les vols charter à travers une desserte régulière de plusieurs régions. Et c’est d’ailleurs dans cet esprit que des conventions ont été signées entre plusieurs régions et Royal Air Maroc (dans le cadre du plan Ajwa et le contrat-programme pour désenclaver les régions). Une politique d’encouragement qui semble porter ses fruits puisque le trafic domestique ressort  en hausse de 16,83% sur la même période à 166.620 passagers.
    Par aéroport, le taux de fréquentation le plus élevé est du ressort de l’aéroport Mohammed V qui a enregistré 876.960 passagers, soit une augmentation de 14,07%. Vient juste après le terminal Marrakech-Menara (291.643 passagers). Dans le top 3 des hubs les plus fréquentés, Agadir occupe la 3e position avec 123.551passagers en juillet. Toutefois, deux aéroports se situent nettement au-dessus du lot en termes d'évolution du trafic. Il s’agit d’une part de celui de Rabat-Salé dont le trafic a grimpé de 38,53% suite, entre autres, à l’ouverture de deux nouvelles lignes. L’une assurant la liaison entre Rabat et Abu-Dhabi sur le bord d’un vol Etihad. Et un vol de la compagnie irlandaise low-cost Rayanair assurant la liaison entre la capitale et Rome. L’aéroport de Tétouan a connu pour sa part un trafic record, en appréciation de 76,57% après la création de plusieurs nouvelles liaisons en partance vers Liège et Paris.  
    Si le transport de passagers affiche bonne mine, c’est une autre paire de manches pour l’activité fret. Le trafic «fret» accuse une perte de 3,38% à 4.797,44 tonnes par rapport à juillet 2015. Un repli qui n’est autre que la conséquence d’ «une baisse de régime de l’activité des opérateurs BtoB en cette période de congés annuels», confie un cadre de l’Office national des aéroports.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc