×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Arnaque

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:4805 Le 29/06/2016 | Partager

Les lecteurs de L’Economiste ont découvert, ahuris, les chiffres scandaleux du benchmark public/privé des retraites (cf. notre édition du 24 juin). Beaucoup sont encore sous le choc et n’imaginaient pas l’ampleur du décalage entre les deux systèmes. D’un côté, des niveaux de pensions ruineux pour les salariés du privé (qui peuvent perdre jusqu’à 72%  de leurs revenus à la retraite), de l’autre, ce qui s’apparente à un système de privilèges de la fonction publique avec des niveaux de revenus qui frémissent à peine à la retraite.  
Au moment où le débat sur la réforme de la CMR se poursuit, cette générosité à géométrie variable devrait provoquer un tollé tant chez les syndicats que la CGEM. Il est en effet urgent de rendre ce sujet beaucoup plus audible.  Une réforme est injuste lorsque apparaissent des insuffisances dans les conditions particulières de son application. Or celle-ci passe actuellement à côté d’une question essentielle: l’équité.
Dans les arbitrages qui se profilent pour le fameux triangle maudit (niveau des prélèvements, durée des cotisations, niveau des pensions), l’on se préoccupe beaucoup des deux premières options, mais très peu de la troisième, du moins pour les hauts salaires.
Sur ce dossier, le privé est doublement pénalisé. D’abord les salariés  sont déjà confrontés à une pluie de contributions fiscales  qui grèvent  leur pouvoir d’achat et leur capacité d’épargne. Souvent, en contrepartie de services publics  dont ils ne profitent même pas: enseignement, soins, transports... Ensuite, ils seront de nouveau sollicités, cette fois-ci en tant que contribuables, pour financer les déficits des régimes publics et supporter l’incurie politique qui a conduit à ce désastre.
La bonne méthode eut été de trouver des principes universels qui s’appliquent tant dans le secteur public que dans le secteur privé. Si la réforme oublie de s’en occuper, elle prend le risque d’être  au mieux une injustice, au pire une arnaque.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc