×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Alliés

Par L'Economiste| Edition N°:1619 Le 09/10/2003 | Partager

Cela va sans dire, mais cela va bien mieux en le disant. C'est typiquement le cas des relations Maroc-France: même quand l'entente politique était très moyenne, dans les premières années Mitterrand, les deux pays travaillaient ensemble, les gens s'accordaient pour faire des affaires… Mais cela va mieux quand les chefs d'Etat et les responsables politiques montrent publiquement que tout va pour le mieux.La France est une alliée et une amie sûre, qui ne varie pas sous les aléas de la conjoncture: on l'a bien vu lors des avatars du dossier du Sahara. On l'a aussi vu dans tous les coups durs qui ont frappé la vie internationale et qui risquaient de rejaillir négativement sur le Maroc. N'a-t-on pas dit en pleine guerre du Golfe, qu'en étant présents normalement au Maroc, les touristes et les hommes d'affaires français ne faisaient que profiter d'un “délit d'initié”? Ces visiteurs, en effet, connaissaient trop bien le pays et savaient qu'ils n'y rencontreraient pas de conflit de civilisation. Rien ne dévoile davantage ces intimités que le montage d'un fonds privé d'un milliard de DH pour l'agro-industrie, qui tombe en même temps que la visite d'Etat de Chirac.Naturellement, chacun oppose des relations privilégiées avec la France à des relations privilégiées avec les Etats-Unis, ou à des relations de voisinage tumultueux avec l'Espagne. C'est vrai et c'est faux. Faux parce que les USA, la France, l'Espagne ou plus globalement, l'Union européenne, appartiennent tous au camp occidental, où les luttes ne peuvent que rester intestines. Mais il y a aussi du vrai car ces luttes, toutes intestines qu'elles soient, restent des luttes dans lesquelles le Maroc doit parfois choisir un camp en fonction de ses intérêts à long terme. Sur ce plan, c'est Paris qui a le plus montré que sa vision n'était pas soumise à la fugacité des conjonctures politiques.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc