×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

1er Mai

Par L'Economiste| Edition N°:2265 Le 28/04/2006 | Partager

Qui en dehors du 1er Mai se préoccuperait de savoir si le droit du travail sert à quelque chose?En tout cas, pas les syndicats! Et pas les hommes politiques non plus! Ils ont discuté pendant vingt ans de concepts, de choix, de stratégie… pour fabriquer un code du travail. Tout cela c’était du vent. Syndicalistes et élus savaient bien qu’au Maroc ce code ne s’applique que chez ceux qui veulent bien l’appliquer. En fait, les entreprises modernes, le secteur public et les grands groupes respectent les textes sur le travail. Les autres s’en moquent ouvertement sans la moindre gêne, les employés autant que leurs employeurs, d’ailleurs.Alors, qu’est-ce qui ne va pas dans notre système? D’abord, le travail n’est pas fini. Depuis deux ans que le texte est en principe en vigueur, le gouvernement n’a toujours pas rédigé la poignée de décrets qui manquent. Ensuite, le législateur s’est payé notre tête en disant qu’il fallait, par exemple, un médecin à partir de 50 employés. Il n’y a pas assez de médecins dans le pays pour cela! Et encore le temps de travail a été abaissé autoritairement, alors que cela ne veut rien dire pour ceux qui font déjà beaucoup moins comme dans l’administration et ceux qui de toutes les façons font beaucoup plus parce que la majorité des emplois se trouve dans de toutes petites entreprises et, que là, chacun joue son gagne-pain et donc personne ne compte.Est-il possible que les concepteurs du code du travail soient si ignorants de la réalité du travail au Maroc?! Non, ce n’est pas possible, ils la connaissent parfaitement. Ils ont discuté les textes pendant si longtemps, plus de 20 ans, non pas parce qu’ils voulaient élever la qualité des relations sociales, mais simplement pour justifier de leur propre place sociale, en tant que syndicalistes et en tant que politiciens. Ils ont bien joué puisque les mêmes sont toujours là!Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc