Dossiers

Emploi & carrière
Le groupe Collège Lasalle dans la niche du management

Par L'Economiste | Edition N°:1700 Le 09/02/2004 | Partager

. Il ouvre une école en septembre prochain à Casablanca . Frais de scolarité: 34.500 DHLe cercle des écoles privées s'élargit. L'Ecole supérieure de commerce et de management (ESCM) ouvrira ses portes en septembre prochain. Cette école est créée à l'initiative de Mohamed Tazi, directeur général du Collège Lasalle de Casablanca. Dans un premier temps, c'est dans l'immeuble de l'institut de mode que l'ESCM élira domicile. Deux étages lui seront réservés. Par la suite, il est prévu de construire un grand campus où logera l'école. “Pour commencer les travaux de construction, nous attendons le déblocage de fonds de l'Agence canadienne de coopération au développement international”, affirme Tazi. Les investissements consentis seront importants, indique-t-il, sans fournir de chiffres. “Nous n'avons obtenu l'autorisation du ministère de tutelle qu'en octobre dernier, après près d'une année et demie d'attente”, souligne le promoteur du projet. L'ESCM est une filiale du groupe Collège Lasalle Canada, qui a à son actif pas moins de 45 ans d'expérience dans divers domaines ayant trait à la formation. Ce groupe compte 21 universités et écoles implantées à travers plusieurs pays. Pour le démarrage, l'ESCM propose quatre programmes de formation d'une durée de quatre ans. Les différentes filières sont accessibles aux bacheliers toutes branches confondues, sur concours. L'école offre ainsi une filière “management hôtelier”. “Le besoin en cadres hôteliers ira croissant dans les prochaines années et nous voulons répondre à cette demande”, explique Tazi. Les autres branches ont toutes trait au management d'entreprise: finances, marketing et commerce international. Les programmes vont s'inspirer du système canadien. En fait, aucune matière ne sera privilégiée par rapport à l'autre et la méthode des coefficients sera supprimée. “Il faut que les étudiants accordent autant d'importance à l'arabe, la culture générale qu'au contrôle de gestion par exemple”, souligne Tazi. Le promoteur du projet affirme avoir le soutien de plusieurs autres universités canadiennes avec lesquelles seront développés des échanges d'étudiants et d'enseignants. Le diplôme de l'ESCM sera marocain, mais “rien n'exclut la double diplômation”, indique Tazi. Après deux ou quatre ans, les meilleurs étudiants pourront poursuivre leurs études au Canada. La première année, le directeur de l'ESCM espère recevoir 120 personnes. Les frais de scolarité s'élèvent à 34.500 DH par an.


Du chinois dans le cursus

Nous accorderons beaucoup plus d'importance aux aspects pratiques des différents métiers et formerons des gens qui pourront être réactifs et efficaces”, assure Tazi. “Nous serons soutenus dans notre mission par plusieurs universités spécialisées”. L'école souhaite aussi être novatrice. La preuve, des cours de chinois seront dispensés aux élèves du management hôtelier. “La Chine arrive en force et connaît des taux de croissance très élevés”, note Tazi. Les langues traditionnellement enseignées dans les filières touristiques (anglais et espagnol) ne seront pas pour autant négligées. N. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc