Entreprises

Le solaire photovoltaïque négocie le virage de la qualité

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5406 Le 06/12/2018 | Partager

Le marché du petit et moyen solaire photovoltaïque, du pompage solaire aux installations pour l’autoconsommation ou en site isolé, est en pleine effervescence au Maroc. Il devrait même se développer encore plus. Sauf qu’aujourd’hui, la réputation de cette technologie est ternie par des problèmes de qualité, souvent dus à une mauvaise installation ou des équipements qui ne répondent pas aux normes.

Pourtant, cette technologie est mature et largement prouvée au Maroc, notamment dans les secteurs du bâtiment résidentiel et tertiaire, de l’industrie ou de l’agriculture. C’est à ce titre que l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE), l’Association marocaine des industries solaire et éolienne (Amisole) et le Cluster Solaire ont présenté et lancé le mardi dernier à Casablanca «Taqa pro», le label qualité du solaire photovoltaïque au Maroc.

Taqa pro répond à cet enjeu en fédérant les entreprises des systèmes photovoltaïques petits et moyens, autour d’une démarche Qualité, bénéfique pour leur image et leur notoriété; et procurant aux clients de meilleures garanties de Qualité et de Sécurité de leur installation. La marque se décline en 3 labels: «Taqa pro Pompage Solaire» pour les installations de pompage dans l’agriculture, «Taqa pro PV» pour les petites installations, et «Taqa pro PV+» pour les installations de plus grande taille.

Le label est octroyé sur la base d’un processus, comprenant un certain nombre de critères d’éligibilité ainsi qu’une formation des installateurs, validée par un test final. Les entreprises qui choisissent ce label s’engagent à travers la signature d’une charte déontologique qui prévoit la possibilité d’audits de leurs installations.

Le label a été développé dans le cadre du partenariat énergétique maroco-allemand (Parema) avec le soutien de la coopération technique allemande GIZ et de l’association solaire allemande BSW pour le compte du ministère fédéral allemand de l’Économie et de l’Énergie (BMWi).

En marge de la cérémonie de lancement, Saïd Mouline, directeur général de l’AMEE, Obaid Amrane, secrétaire général du Cluster Solaire et Khalid Semmaoui, président de l’Amisole, ont scellé un partenariat à travers la signature d’une convention tripartite inscrivant dans la durée la coopération de leurs trois institutions, pour la gestion de ce premier label national du secteur.

M.Ko.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc