Entreprises

Bourse: Les introductions vont-elles repartir?

Par Franck FAGNON | Edition N°:5406 Le 06/12/2018 | Partager
14 nouvelles entreprises ont rejoint le programme Elite
La Place poursuit la pédagogie via une pépinière de PME
bourse-casablanca-006.jpg

Quatorze nouvelles entreprises ont intégré le programme Elite portant à 70 le nombre de bénéficiaires (16 milliards de DH de chiffre d’affaires et 15.200 employés). La Bourse espère recruter quelques sociétés. Trois ont mandaté des banques d’affaires pour l’ouverture de leur capital (Ph. L’Economiste)

Pour emprunter le jargon de la boxe, c’est un peu un «travail au corps» qu’effectuent les dirigeants de la Bourse sur les PME à travers le programme Elite. Initié avec le soutien de London Stock Exchange, ce programme est d’abord bénéfique pour les entreprises parce qu’il leur permet d’améliorer leur gouvernance, leur gestion et d’élargir leurs sources de financement pour soutenir leur développement.

Quatorze nouvelles entreprises (Anfa Realties, Biougnach, Caciopee, First Informatique, GIEM, Groupelec, Kaprio, Les Emballages Modernes, Litho Typo Marocaine, Luxus Paper, Pharmavet Maroc, Promomarbre, Scandimar et Top Médical pèsent plus d’1 milliard de DH de chiffre d’affaires et emploient 1.000 personnes) viennent de rejoindre cette «pépinière» portant à 70 le nombre de bénéficiaires depuis son lancement.

La Bourse espère recruter quelques sociétés pour animer un marché où les candidats se sont fait rares ces dernières années. En attendant les premiers pas de Mutandis le 18 décembre prochain, seules 12 sociétés ont franchi le pas de la cote en neuf ans.

Dix-huit entreprises du programme Elite ont manifesté un intérêt pour une intervention sur les marchés surtout via une introduction en Bourse, a laissé entendre Karim Hajji, directeur général de la Bourse. Trois sociétés ont mandaté des banques d’affaires pour l’ouverture de leur capital soutiennent les responsables de la Bourse. A court terme, ces derniers peuvent compter sur la volonté du ministre des Finances de réaliser une partie des opérations de privatisation via la Bourse.

La concrétisation des intentions des PME reste hypothétique. La détermination de celles qui sont tentées par la cote se heurte à un contexte de marché peu porteur et à une réforme - entre autres création d’un marché des PME et aménagement des exigences réglementaires en termes de communication notamment - qui tarde à aboutir. Cela plombe une bonne partie du travail de pédagogie que mènent les équipes de la Bourse. 

En marge de la présentation des nouveaux participants au programme Elite, la Bourse a signé deux protocoles d’accord avec la CGEM et l’Autorité des marchés. Le partenariat avec le patronat portera notamment sur la mise en place d’un cluster «Impulse PME».

L’idée est de créer un écosystème qui connectera les PME, les start-up innovantes, les acteurs de la formation, les bailleurs de fonds... Avec l’Autorité des marchés, la Bourse veut mettre en place un dispositif pour accélérer le traitement des dossiers d’opérations financières des entreprises certifiées Elite.

F.Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc