Culture

Festival du film de Marrakech: La compétition fait rage

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5402 Le 30/11/2018 | Partager
Le jury planche sur 14 films pour quatre prix
Un film marocain dans la sélection officielle, «Une urgence ordinaire»
james_gray_002.jpg

Présidé par le cinéaste américain James Gray, le jury planche dès aujourd’hui sur la sélection des longs métrages qui se disputent le grand prix du festival, l’Etoile d’or (Ph. The Globe and Mail Inc)

S’il y a des moments à ne pas rater au Festival international du film de Marrakech, ce sont bien les films en course pour l’étoile d’Or et les prix du jury. La compétition officielle de la 17e édition du FIFM comprend 14 films. Et cette année, six d’entre eux portent des signatures féminines. C’est d’ailleurs le film «Good Girls» de la réalisatrice mexicaine Alejandra Márquez Abella qui ouvre le bal ce vendredi.

Le cinéma mexicain est aussi représenté par une autre jeune réalisatrice, Lila Avilés avec son film «The Chambermaid». La compétition comprend 4 films européens (Allemagne, Autriche, Bulgarie, Serbie), des films argentins, américains, asiatiques (Chine, Japon) et africains (Tunisie, Égypte, Soudan). Un long métrage marocain «Urgence ordinaire» est en compétition cette année.

Réalisé par Mohcine Besri, on retrouve dans son casting Rachid Mustapha, Fatima Zahra Benacer, Youssef Alaoui, Saïd Bey, Younes Bouab…. Utilisant le microcosme de l'hôpital comme une allégorie englobant toute la nation, Mohcine Besri se penche sur la question de la responsabilité individuelle et collective. «Urgence ordinaire» est le second film de ce maroco-suisse. De l’Egypte, c’est Ahmed Magdy qui concourt pour une des étoiles d’Or du FIFM avec son film The Giraffe.

Le 1er long métrage du jeune réalisateur égyptien est une méditation sur la cruauté de la vie et la bienveillance de l’humanité. Dans The Giraffe, il dessine d'étranges tableaux nocturnes se déroulant dans une ville qui ne dort presque jamais, le Caire jonglant habilement avec des contradictions dans un film noir empreint d'espoir.

Pour le réalisateur américain James Kent, c’est aussi avec son premier film Diane qu’il entre en compétition à Marrakech tout comme la japonaise Sayaka Kai avec son film Red Snow ou encore le serbe Ognjen Glavonic avec The Load. Ils seront jugés par un jury présidé par le président du jury, le cinéaste américain James Gray et entouré de huit grands talents du cinéma mondial.

On retrouve parmi eux, l’actrice indienne Ileana d’Cruz, la cinéaste marocaine Tala Hadid, la libanaise Joana Hadjithomas, l’allemand Daniel Brühl … Outre les 14 films en compétition, les cinéphiles auront le choix entre 80 longs métrages qui seront projetés durant les 9 jours du festival avec des sections spéciales, des films d’animations, des classiques ou encore un panorama du cinéma marocain. La place de Jamâa El Fna accueillera, comme à chaque édition, une programmation de grands films populaires.

Badra BERRISSOULE

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc