Société

Santé: Les enjeux de la dentisterie numérique

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5396 Le 22/11/2018 | Partager
Prévention et soins moins invasifs
Une meilleure qualité des soins et un gain de temps pour le patient et le praticien
Marrakech a abrité la 2e conférence Consensus sur la dentisterie numérique de DDS
dentisterie-numerique-096.jpg

Pour l’académie nationale de dentisterie numérique, l’investissement pour aller vers la dentisterie est rapidement amorti si les choix d’équipement sont rationnels et si l’information et la formation sont là (Ph. denstisfuturis.com)

Scanner 3D optique intra-buccal, imprimantes 3D, radiologie numérique ou guides chirurgicaux en implantologie sont des innovations parmi tant d’autres dans la dentisterie. Ces thèmes ont été abordés lors la 2e conférence Consensus sur la dentisterie numérique à Marrakech. Conférence organisée sous l'égide du ministère de l'Industrie et du Commerce par la Digital dentistry society (DDS).

Une société internationale dont la mission est de sensibiliser les dentistes, les étudiants, les techniciens, les concepteurs de logiciels et les ingénieurs à l'utilisation des technologies numériques en dentisterie, par le biais de congrès, de cours et de séminaires, de publications de haut niveau et de plateformes de formation en ligne.

C’est sous l’impulsion du professeur Jaâfar Mouhyi, membre du board international de la DDS que le Maroc a été choisi pour abriter cette conférence internationale. Objectif: aboutir à un consensus international sur les technologies numériques du secteur dentaire. La technologie qui a révolutionné les habitudes et les vies au quotidien est aujourd’hui incontournable en dentisterie.

Grâce à cette révolution, les praticiens peuvent proposer des soins de qualité, développer la prévention et proposer une dentisterie minimalement invasive. Pour les experts du secteur, la fiabilité de ces techniques nouvelles est en progrès constant que ce soit pour le diagnostic ou pour l’exécution des actes. Au Maroc, la dentisterie numérique pourrait être un apport utile pour l’amélioration constante de l’offre de soins buccodentaires.

«Il faut savoir que l’ensemble des actes techniques que pratique un dentiste comportent une exigence d’exactitude ou de précision. Des imprécisions liées à l’opérateur, au patient ou à l’environnement pourraient être évitées. Associé à une indispensable maîtrise de la clinique, le numérique permet justement d’atteindre une précision et une qualité de soins parfaites, ne dépendant ni de l’opérateur ni de l’environnement», explique le professeur Jaâfar Mouhyi.

En plus de la qualité des soins, il y a un gain de temps pour le patient et pour le praticien. La pratique est initiée au Maroc qui rejoint la DDS un peu avant l’Afrique du Sud et avant certaines nations européennes ou sud-américaines. «En effet, l’investissement est un obstacle qui peut être dépassé si les choix d’équipement sont rationnels et si l’information et la formation sont là. En attendant la généralisation de ces processus numériques, un premier noyau d’experts marocains a décidé de donner naissance à la première académie nationale de dentisterie numérique. Elle aura pour mission de sensibiliser les praticiens, les universités et les étudiants à l’utilisation des technologies numériques validées et les armer contre un marketing parfois trop agressif.

B.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc