Régions

Rabat en panne de bus

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5396 Le 22/11/2018 | Partager
Le parc de Stareo «s'écroule», quelque 300 bus à peine pour 2 millions d'habitants
Chaos aux heures de pointe, les usagers se rabattent sur le transport clandestin
En attendant le nouvel opérateur en août prochain, des mesures s’imposent
rabat-bus-096.jpg

La majorité des bus de la capitale se trouve dans un état de dégradation avancé, ce qui entraîne des pannes répétées et des dysfonctionnements aggravant le fonctionnement normal du secteur du transport urbain au niveau de l’agglomération  (Ph. NEA)

Prendre le bus est devenu un calvaire quotidien pour les habitants de l’agglomération Rabat-Salé-Témara. Les bus de la société délégataire Stareo se font rares, ce qui oblige les usagers à attendre plus longtemps dans les stations notamment aux heures de pointe. Et quand les bus arrivent, ils sont souvent bondés.

C'est la dégradation mécanique d’une grande partie du parc de Stareo qui explique cette situation. «Un problème qui devrait être résolu avec l’arrivée, l’été prochain, du nouvel opérateur», avance Jamaâ El Moâtassim, président de l’Etablissement inter-communal Al Assima.

Rappelons qu’il s’agit du Groupement composé d’Alsa et City Bus Transport qui a été choisi comme le nouveau délégataire du contrat de la gestion déléguée du transport urbain par bus au niveau de l’agglomération Rabat-Salé-Témara. Il a été exigé au nouvel opérateur la mise en service, dès sa première année d’activité, d'un parc composé de 350 bus neufs.

Une crise insoutenable pour les usagers. Faute de solutions proposées par les autorités, la majorité d'entre eux se rabattent sur le transport clandestin notamment durant les heures de pointe. «Sur un parc d’environ 450 bus, près de 320 unités exploitables dont 35 véhicules passent quotidiennement aux ateliers pour réparation. On se retrouve donc avec moins de 300 bus pour une agglomération d’une population qui avoisine 2 millions d’habitants», indique une source de Stareo.

L'heure est encore plus grave pour les personnes qui habitent dans les zones desservies uniquement par le réseau des bus. C’est le cas par exemple de la ville nouvelle Tamesna et des quartiers situés dans les périphéries de Témara et Salé. «Pour pallier cette situation, les responsables du secteur comptent réhabiliter 70 bus pour renforcer le parc actuel en exploitation», indique notre source de Stareo. Ce qui va permettre de soulager la pression durant cette période transitoire en attendant l’arrivée du nouvel opérateur, ajoute-t-elle.

rabat_bus_096.jpg

De nouvelles stations et des couloirs dédiés viennent d'être récemment aménagés, alors que les bus se font rares dans les artères de la capitale  (Ph. NEA)

L'expérience de ce délégataire devrait sérieusement interpeller les responsables concernés et surtout en tirer des leçons pour l’avenir. En dépit des énormes budgets mobilisés depuis le démarrage de la société en 2009, la qualité de service n'a cessé de se dégrader pour atteindre aujourd’hui un niveau critique.

En ce qui concerne la responsabilité, elle est partagée entre les différents acteurs impliqués dans ce secteur. Les élus pointent du doigt la gestion assurée par la direction de la société marquée par le gaspillage et le manque de professionnalisme.

A cela s’ajoutent les conflits sociaux et les grèves qui ont paralysé le secteur, réplique notre source de Stareo. Cette dernière soulève également le non-respect de certains engagements prévus dans le programme de restructuration de la société pour la période 2013-2020, ce qui va impacter négativement sa situation financière.

A ce titre, on cite la non-application de l’augmentation dans les tarifs prévue depuis 2014, ce qui a constitué un manque à gagner pour la société estimé à plus de 100 millions de DH. «Sur un total de 27 millions de DH comme subvention annuelle accordée par les communes, on reçoit seulement 21 millions de DH», est-il indiqué. Sans oublier les actes de vandalisme sur les bus qui se traduisent par l’immobilisation d’une partie du parc de la société avec des dépenses supplémentaires pour les travaux de réparation.

                                                              

Un PDU en préparation

Pour se doter d’une vision pour le développement d’un système de transport au niveau de l’agglomération Rabat-Salé-Témara, un appel d’offres a été lancé par l’Etablissement inter-communal Al Assima pour la préparation d’un Plan de déplacement urbain (PDU). Les offres de trois sociétés ont été retenues dont une marocaine et deux étrangères (française et espagnole). Les offres sont actuellement en cours d'examen pour la sélection de la société qui sera chargée de la préparation du PDU, indique un responsable proche du dossier. Selon ce dernier, le nom de la société choisie sera annoncé incessamment.

Noureddine EL AISSI       

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc