Régions

Casablanca: Cafouillages autour de la propreté

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5386 Le 05/11/2018 | Partager
La phase d’étude des dossiers s’éternise
Trois présélectionnés pour la collecte, dont 2 favoris
casablanca-ordures-086.jpg

A Casablanca, la situation sur le terrain ne cesse d’empirer de jour en jour. En l’absence d’une décision sur les nouveaux délégataires, c’est le temporaire qui perdure et les ordures jonchent tous les coins de rues. La période transitoire, qui devait initialement durer quelques mois, a largement dépassé un an (depuis l’éviction de Sita et Averda) (Ph. L’Economiste)

La ville va-t-elle trancher sous la pression de la société civile? Depuis quelques semaines, les décideurs à Casablanca tergiversent quant à l’attribution du marché de la propreté, au grand dam de l’opinion publique casablancaise.

Alors que la phase d’étude des dossiers s’éternise, plusieurs associations se sont constituées en collectif pour protester contre le retard de traitement de 2 dossiers épineux: la collecte des déchets et la gestion de la décharge. Ils ont réclamé des audiences afin d’être éclairés sur l’état d’avancement de l’attribution des marchés.

Ces collectifs se disent même prêts à porter leurs doléances au chef du gouvernement et au ministère de tutelle (cf. édition du 1er novembre 2018). Le collectif pour la protection de l’environnement (CPE), reçu jeudi 1er novembre par les responsables de la ville, s’est vu promettre une issue pour la décharge de Médiouna d’ici la fin de l’année. Mais les responsables devraient au moins trancher dans les plus brefs délais sur la collecte (le dossier de la gestion de la décharge étant beaucoup plus complexe).

D’autant plus que l’état des lieux sur le terrain se dégrade à vue d’œil. Les principales artères et les ruelles de Casablanca sont jonchées d’ordures et les récentes précipitations ne font qu’aggraver la situation. «Nous allons trancher dans une dizaine de jours», promet Mohamed Haddadi, 3e vice-président du conseil de la ville en charge de la propreté.

En lice, 3 candidats présélectionnés: Derichebourg, Mecomar et Averda, sachant que ce trio de finalistes assure depuis plusieurs mois les services durant cette période transitoire. Mais selon des sources bien informées, deux sociétés seraient finalement sélectionnées pour gérer 2 lots. «Les deux nouveaux contrats seront validés lors d’une session extraordinaire du conseil de la ville», annonce Mr Propreté de Casablanca.

Un nouvel appel d’offres devra être lancé pour sélectionner les délégataires des 2 autres lots, précise-t-il. En effet, jugé trop vaste pour être partagé entre 2 délégataires uniquement, le territoire du Grand-Casablanca est subdivisé en 4 lots (et 8 sous-lots). Idéalement, il devra être partagé entre 4 à 6 délégataires.

L’appel à concurrence international pour la propreté/nettoiement, lancé en juillet dernier, n’a semble-t-il pas intéressé grand monde. «Ceci pose un réel problème sur l’attractivité de la ville de Casablanca pour les grandes entreprises de ce secteur», commente un élu de l’opposition.

Pour Haddadi, l’introduction de clauses restrictives dans le nouveau cahier des charges serait à l’origine de la réticence des opérateurs de la collecte des ordures. «Nous sommes plus regardants sur l’obligation de résultat avec ce cahier des charges plus verrouillé», soutient-il. En tout cas, les prochaines semaines seront déterminantes. A suivre de près …

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc