Régions

Tourisme: Tanger tient ses promesses

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5382 Le 30/10/2018 | Partager
Près de 200.000 nuitées pour le seul mois d’août
Le taux d’occupation hôtelière à 77%, soit 8 points de plus sur un an
Une nouvelle clientèle business, mais aussi un attrait certain pour les nationaux
tourisme_tanger_082.jpg

Tanger possède une corniche à faire pâlir d’envie ses voisines méditerranéennes. La ville a nettement amélioré son attractivité ces dernières années (Ph. Adam)

Les chiffres officiels le confirment. A Tanger, le secteur touristique a bien assuré en août. Après un mois de juillet assez moyen, les statistiques officielles du ministère du Tourisme font rejaillir une accélération de l’activité touristique au mois d’août.

En matière d’arrivées, les chiffres font état d’une augmentation de 7,3% par rapport à l’an dernier. En chiffres absolus, les arrivées ont dépassé la barre des 91.500, soit l’un des meilleurs scores au niveau des destinations nationales (à l’exception d’Oujda-Saïdia qui a enregistré +16%).

En termes de nuitées, les hôtels classés de la ville ont fait mieux, avec une croissance de 9% par rapport à août 2017. Les hôtels ont enregistré 196.900 nuitées, soit près du triple de celles réalisées en 2010. Le taux d’occupation, un des handicaps de la destination Tanger, est parti en flèche pour se situer à 77%, soit 8 points de plus qu’en 2017. La durée moyenne de séjour, pour sa part, reste en quasi-stagnation, passant de 2,2 à 2,3 jours.

Le mois d’août réussit de la sorte à faire oublier un mois de juillet jugé très moyen. Cette période de l’année a fait les frais du hasard du calendrier. Une grande majorité des clients habituels de Tanger pendant la haute saison, les MRE, ayant décidé de décaler leurs voyages habituels en juillet, et de les reporter vers le mois d’août, pour passer les vacances de l’Aid au Maroc. Juillet a aussi subi les aléas de l’agenda du monarque saoudien qui a dû annuler son séjour habituel à Tanger durant l’été.

Le Roi Salman d’Arabie saoudite a récemment rénové son palace de Tanger, à côté de la plage de Jbilat. Lors des deux années précédentes, il s’y était déplacé à la tête d’une délégation d’un millier de personnes pour un séjour de plus d’un mois. Son absence cet été s’est soldée par une perte sèche qui se chiffre à près de 30.000 nuitées, notable en juillet, mais largement compensée par les nationaux en août.

A noter que l’activité touristique de la ville de Tanger et de sa région a été largement dopée par le développement du secteur industriel, qui a favorisé l’arrivée de clients «business», mais aussi par l’élargissement de la capacité d’accueil avec plusieurs hôtels, dont un 5 étoiles. D’autres unités hôtelières ouvriront leurs portes prochainement, c’est le cas du Hilton de Houara qui est prévu pour le 2e trimestre 2019.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc