Régions

Zone franche d’Agadir: 11 filières prioritaires fixées

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5374 Le 18/10/2018 | Partager
Elles sont regroupées autour de 2 plateformes et 5 districts cohérents
Avec un potentiel total estimé à près de 135 ha à l’horizon 2025

Les grandes lignes de la future zone franche (ZF) d’Agadir se précisent. En tout, 11 filières prioritaires ont été définies. Elles sont regroupées autour de 2 plateformes et 5 districts cohérents avec un potentiel  total estimé à près de 135 ha à l’horizon 2025, plus de 21.000 emplois et entre 10 à 12  Mds DH de chiffre d’affaires.

C’est ce qui ressort du Workshop organisé récemment à Agadir pour la présentation de l’étude de positionnement  et de placement pour la création de cette structure répondant à la panoplie de leviers du Plan d’accélération industrielle  (PAI). Et qui porte l’ambition de soutenir une industrie à forte valeur ajoutée, exportatrice par excellence. C’est le Cabinet Naos consulting qui a mené cette étude, commanditée par MedZ, filiale de CDG Développement. Et qui est en charge de la conception, de l’aménagement et de la gestion de la zone.

Aujourd’hui, les deux plateformes identifiées dessinent le nouveau pôle de compétitivité industriel de Souss Massa. La première intitulée «Agro-produits du terroir» sera scindée en 2 districts: «Agro-valley», un hub d’exportation de l’industrie agroalimentaire à forte valeur ajoutée. Le défi étant d’attirer dans la région de nouvelles entreprises et de positionner la région comme fleuron national de l’industrie agro-alimentaire à l’export. «Health&beauty valley» est l’autre district à développer sur cette première plateforme.

L’aspiration est de positionner la région comme une référence dans les domaines de la cosmétique Bio et de la chimie verte en développant son potentiel dans la valorisation de produits du terroir et de plantes médicinales à l’export. L’ancrage «Bien-être» sera ainsi l’ADN de la région. Pour ce qui est de la deuxième plateforme présentée lors du workshop, elle comprendra le district «Multi-industries légères» dédiées à l’export, le district «Automobile» et le district «Economie circulaire».

L’ambition est d’accroître la vocation industrielle de la région en développant un véritable bassin novateur sectoriel diversifié, allant de pair avec un label développement durable. Pour précision, la ZF d’Agadir est pensée dans une logique intégrée d’aménagement du territoire sur une superficie globale de 300 ha, sise dans la nouvelle ville Tagadirt, dans la Commune de Drarga, à proximité du Parc Haliopolis, dédié à l’industrie de transformation des produits de la mer. La 1re tranche qui sera lancée au niveau de la zone franche s’étalera sur 50 ha, livrable vers fin 2019.

Pour rappel, la ZF d’Agadir donne accès à un foncier industriel aux standards internationaux et à des prix compétitifs. Elle représente un enjeu crucial pour le développement de la région étant donné la vulnérabilité des moteurs de croissance historiques. A savoir, l’agriculture qui, certes, connaît une croissance soutenue (7,7% depuis 2010) mais pâtit du stress hydrique et de la hausse du coût de la ressource en eau. Ce qui menace la croissance future.

Le secteur du tourisme quant à lui, a connu une faible reprise après une baisse enregistrée entre 2010 et 2016. En cause, les infrastructures vieillissantes et la faible attractivité de la région, précise l’étude. Enfin, la pêche, un secteur qui connaît une croissance de 10,5% depuis 2010 grâce à la transformation des produits de la mer. Toutefois, la durabilité des ressources halieutiques représente un enjeu majeur.

Remise à niveau du port aussi

zone-franche-dagadir-074.jpg

Pour réussir le projet de la ZF d’Agadir, des pré-requis transverses sont nécessaires, avance le bureau d’étude. Il est question notamment de mettre à niveau le port et d’aligner son schéma directeur à l’implantation de la zone franche. Plus de 21.000 profils sont aussi à former pour capter le potentiel industriel identifié. En termes de gouvernance, la proposition est de mettre en place une «task-force» aux diverses prérogatives comme la déclinaison du plan d’action de la ZF, de la stratégie marketing et commerciale. En plus de la mise en place et suivi des partenariats.

Régime fiscal attractif

Exonération totale de l’impôt sur les sociétés pour les 5 premières années, suivie d’un taux plafonné à 8,75% pour les 20 années suivantes
Exemption de droits de douane sur les biens et produits importés
Exonération de la TVA sur les marchandises importées
Exemption des frais de licence et de la taxe urbaine pendant 15 ans
Libre rapatriement des bénéfices et capitaux
Exonération de la taxe professionnelle.

De notre correspondante permanente, Fatiha NAKHLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc