Culture

Exposition: Œuvres écrites au Macaal

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5371 Le 15/10/2018 | Partager
«Ecritures ésotériques» réunit 30 artistes africains
Un atelier pour fabriquer un «Leporello»
oeuvres_ecrites_au_macaal_071.jpg

Œuvre de Ali Maimoun. L’exposition est une invitation à une lecture personnelle de créations plastiques singulières venues des quatre coins du continent africain (Ph. Macaal)

Depuis la plus haute antiquité et jusqu’à nos jours, les hommes ont ressentit cet impérieux désir de transmettre ou d’inscrire dans la postérité des idées, des évènements ou des revendications.

Que ce soit par le biais de signes gravés dans des grottes, d’inscriptions hiéroglyphes jusqu’aux graffitis couvrant les murs de nos cités, les écritures gardent leur caractère impénétrable et énigmatique, quand ils ne subjuguent pas par leur beauté où l’étrangeté qui s’en dégage.

C’est dans ce sens que l’exposition «Écritures ésotériques», en cours jusqu’au 6 janvier 2019, au musée d’art contemporain africain Al Maaden (MACAAL), propose un magnifique panorama de chefs-d’œuvre d’une belle variété et d’une richesse extraordinaire.

«Écritures ésotériques» est une «invitation à une lecture personnelle de créations plastiques singulières venues des quatre coins du continent africain, selon les promoteurs de l’exposition. Elle rassemble près de trente artistes et tout autant d’expressions visuelles et sonores puisant leur essence dans la mythologie, la cosmologie ou la mystique, toutes inspirées des cultures d’origine de leurs créateurs respectifs.

Ainsi, des peintres souiris (Mohammed Tabal, Ali Maimoun, Regragui Bouslaï), l’école d’Oshogbo au cœur de la civilisation Yoruba, dont est issu Prince Twins Seven-Seven, en passant par l’école de Poto-Poto  dont Marcel Gotène (Congo) est une figure majeure, ils retranscrivent des univers fantastique, symbolique et spirituel comme pour reconstituer un passé séculaire dans de puissantes allégories visuelles.

En rassemblant des créateurs d’horizons multiples, dans une diversité de médiums, mais issus de la même terre, l’exposition se propose de mettre en évidence le socle occulte d’un historique commun. Toujours en rapport avec l’écriture, le Macaal invite, du mercredi 7 au vendredi 9 novembre 2018, l’artiste marocaine Rita Alaoui pour un workshop durant lequel les participants auront à réaliser un livre d’un genre particulier, le «Leporello». C

e livre accordéon est un ouvrage qui se déplie en accordéon grâce à une technique de pliage et de collage de pages entre elles. Terrain d’expression libre, son contenu n’est pas restreint.

L’artiste marocaine Rita Alaoui a souvent fait appel au livre dans sa démarche artistique, réceptacle de ses dessins, clichés, peintures et pensées. Durant trois jours, de la collecte d’inspirations au sein d’Al Maaden à la présentation finale des ouvrages réalisés, Rita Alaoui accompagnera un groupe d’artistes amateurs et professionnels à chaque étape de la confection de leur propre livre d’artiste.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc