Courrier des Lecteurs

Des taxis d’un autre âge...

Par L'Economiste | Edition N°:5364 Le 04/10/2018 | Partager
taxis_064.jpg

■ A quoi servent-ils ?  
Je fais partie de ces nombreuses victimes quotidiennes des petits taxis. Jeudi, je devais accompagner ma femme chez son chirurgien dentiste et nous avons opté pour ce moyen de transport parce que je savais que j’allais galérer pour garer ma voiture une fois sur place. Le cabinet du médecin en question est situé sur l’avenue Moulay Hassan 1er. Nous avons attendu pendant de longues minutes qu’un taxi passe mais aucun ne s’est arrêté malgré nos appels ! Avançant jusqu’à un feu rouge pour accroître nos chances, nos efforts ont été vains et aucun d’entre eux n’a accepté de nous prendre, y compris ceux qui étaient sans passagers ! C’est vraiment scandaleux comme situation… Et dire que les taximen se plaignent de mal gagner leur vie.
BS

■ Une profession dont l’image est déjà bien ternie !
 Dans toutes les gares du monde qui se respectent, les taxis attendent leurs clients dans une file et ne viennent certainement pas les agresser à leur sortie de la gare. Il va de soi qu’on ne peut pas avoir un TGV moderne et, parallèlement,  des taximen sans scrupules ni éducation !  Ce n’est absolument pas compatible… Je ne généralise pas, mais cette petite minorité peut ternir l’image de toute la profession, voire même celle du pays tout entier.
Hassan Sijilmassi

                                                                           

Hyperactifs : L’école publique les refuse!

hyperactifs_064.jpg

■ Un véritable drame
Merci pour cet article engagé sur les enfants atteints de différents troubles souvent mal perçus et gérés par la société dont notamment l’hyperactivité. Les institutions marocaines ne font pas honneur au pays en marginalisant ces jeunes citoyens particuliers. Le drame,  c’est qu’en cumulant à la fois handicapés physiques et mentaux, c’est quasiment  1% de la population qui est pénalisée voire exclue,  et par la même occasion leur famille ! Pour changer la donne, il faudrait investir et engager des moyens financiers et matériels importants… C’est notre image à l’international mais surtout notre équilibre sociétal qui est en jeu!
Omar

■ La boxe comme thérapie
Cet article me concerne tout particulièrement. J’ai été confronté à plusieurs enfants hyperactifs. Pour essayer de les guérir, j’ai élaboré une thérapie par la boxe anglaise, seul art que je maîtrise. Une alimentation étudiée est aussi essentielle si l’on souhaite avoir des résultats rapides et tangibles.
Allal

                                                                           

Quelles solutions pour les migrants?

■ Un coup d’épée dans l’eau!
La véritable solution pour lutter contre la migration illégale se trouve ailleurs. Il faut créer de l’emploi pour ces jeunes désœuvrés et les rémunérer dignement afin qu’ils puissent survivre.
N’oublions pas qu’actuellement, bon nombre de Marocains vivent une situation de misère sociale et morale particulièrement alarmante… La catégorie des personnes aisées s’enrichit tandis que la partie pauvre de la population le devient de plus en plus. Un véritable traquenard!
Aladin

 L’Etat doit sévir
La manière forte est la seule qui puisse faire comprendre aux trafiquants et aux migrants qu’ils doivent cesser ces pratiques une fois pour toutes! Quelle crédibilité aura l’armée marocaine si elle permet délibérément à des zodiacs de traverser la méditerranée sans foi ni loi? Cette mascarade a déjà beaucoup trop duré et l’Etat doit sévir sans ménagement!
Lahbabi

                                                                           

Et d’autres réactions

■ Invasion d’asticots à Casablanca: Les citoyens directement responsables!
L’invasion d’asticots à Sidi Moumen, à quelques mètres à peine d’une école, est réellement intolérable! Mais ces «citoyens» qui manifestent leur colère sont tout aussi complices et responsables de l’état d’insalubrité de la ville, principale cause de ce drame.
En effet, ce sont les premiers à jeter leurs ordures n’importe où et sans le moindre état d’âme. «L’enfer, c’est les autres», citation de Sartre, prend ici tout son sens…
INCLINE

■ Des caissons isothermes aux pêcheurs de Nador: Quid de la formation?
Que feront les pêcheurs dans trois ou quatre ans lorsque leurs caissons auront été abîmés par le soleil et bons à jeter? Rachèteront-ils d’autres caissons similaires? Retourneront-ils à leurs anciennes habitudes ? Je pense qu’il aurait été autrement plus judicieux de former les pêcheurs aux règles de l’hygiène et à leur devoir de fournir un produit susceptible de respecter les normes sanitaires. Le programme aurait dû proposer une formation dans ce sens afin que cette initiative soit pérenne et continue dans le temps.
Mohamed HAJJI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc