Entreprises

Pollutec: L’environnement fait des émules

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5364 Le 04/10/2018 | Partager
6 startups et 3 entreprises récompensées
Le programme Cleantech s’étend aux pays subsahariens

Le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani, accompagné de la secrétaire d’État au développement durable Nezha El Ouafi, a présidé, mardi 2 octobre, la cérémonie d’ouverture de la 10e édition du Salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement Pollutec Maroc.

Le salon est une plate-forme d’affaires qui permet l’échange entre les différents décideurs et acteurs du secteur de l’environnement. Devenue un rendez-vous régulier et incontournable pour les professionnels de l’environnement, cette 10e édition connaît la participation de quelque 190 exposants de 14 pays, venus présenter les dernières innovations et technologies dans le domaine de l’environnement, notamment les techniques relatives au tri et à la valorisation des déchets, au traitement des eaux usées et à l’amélioration de la qualité de l’air.

L’ouverture officielle du salon a été marquée par la remise des trophées de la 3e édition du programme Cleantech. Initié avec l’appui du Fonds mondial pour l’environnement (FEM) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), le programme Cleantech récompense les auto-entrepreneurs, les startups et les TPE/PME, actifs dans la promotion des emplois verts.

Le programme, qui s’ouvre dès l’an prochain aux jeunes du monde rural et les pays subsahariens, a distingué 6 projets, développés par des jeunes porteurs de projets provenant de Rabat, Marrakech, Casablanca, Agadir, Oujda, Dakhla, Errachidia et Ouarzazate.

■ Farasha Systems: Inspection de panneaux solaires par drones
Farasha Systems, par ailleurs, 1er prix dans la catégorie énergie renouvelable a remporté le grand prix Global Cleantech Maroc. Abderahman Kriouile, diplômé de Telecom Nancy, et de l’Université Grenoble Alpes et ses collaborateurs proposent des solutions pour détecter avec précision les défauts cachés voire invisibles à l’œil nu sur les panneaux photovoltaïques PV et les miroirs solaires CSV. Farasha Systems se sert de caméras thermiques et visuelles embarquées dans un drone aérien ou un véhicule terrestre pour réaliser ses inspections. La solution cible les exploitants de fermes solaires désireux d’optimiser leur production d’énergie électrique, souligne Kriouile.

■ Watech: L’épuration d’eau par le procédé filtre
Le prix de l’utilisation rationnelle de l’eau a été décerné à Watech, startup cofondée par Lahbib Latrach. Notre mission principale consiste à installer des stations d’épuration d’eaux usées par le procédé filtre au niveau des communes rurales et les sites décentralisés, explique le docteur en biotechnologie de l’environnement et de l’eau de l’université Cadi Ayyad.

■ Eco-Oil: Du plastique recyclé au carburant
La micro-entreprise co-créée par Mohsine Bouayad a développé des solutions pour la transformation des déchets plastiques recyclables et non recyclables en pétrole écologique. Le programme Cleantech lui a décerné le prix de la valorisation des déchets.

■ Eco-Dome: Des bâtiments qui s’incrustent dans le paysage
Le prix bâtiment vert a été attribué à Eco-Dome qui offre des structures abordables et écologiques, construites avec une technique simple et des matières premières de base. «Pour le moment, nous travaillons surtout dans les zones rurales. Nous visons deux niches: les propriétaires de fermes désirant les aménager de manière écologique et les investisseurs dans l’éco-tourisme. La première niche comprend les résidences secondaires. Quant à la seconde formule, elle se décline en infrastructures par le biais de création de gîtes et hôtels qui s’incrustent dans le paysage. Au terme de l’exercice 2017, nous avons généré un premier chiffre d’affaires de 1,2 million de DH», explique Ouazri Youness, ancien lauréat de l’EHTP.

■ M4Nature: Valorisation des composants bio-actifs du terroir
Le prix efficacité énergétique a, quant à lui, été décerné aux laboratoires M4Nature, qui développent un nouveau procédé d’extraction des composants bio-actifs contenus dans les produits du terroir marocain. La startup co-fondée par Mariam Minhaj, diplômée en chimie appliquée et environnement de l’Université Hassan 1er, produit une infusion à base de fleur de cactus, géranium, cannelle et gingembre. Ou encore un masque nettoyant pour le visage, le corps et les cheveux à base de romarin, lavande, thym, clou de girofle, ghassoul.

■ Project Gems: L’irrigation via la nanotechnologie
Le prix de la femme entrepreneure a été attribué au projet Gems, qui propose des solutions aux secteurs agricoles basées sur un système d’irrigation nano-technologique. La solution mise en valeur par Meryam El Ouafi permet d’économiser l’eau, réduire les coûts d’exploitation tout en économisant de l’énergie, les engrais et pesticides.
Des prix «Pollutec Maroc-Entreprises» ont été décernés à Atiza Maroc (médaille d’Or), Eco Mesure (Argent) et DBO Expert (Bronze).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc