Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5323 Le 26/07/2018 | Partager
touristes_tranger.jpg
 

Tanger: Les touristes prennent la fuite!

Le tourisme à Tanger est en pleine crise. La saison a en effet bien mal démarré dans la ville du détroit, qui a enregistré une baisse des arrivées de plus de 30% par rapport à la moyenne des années passées. La raison? La cherté des prix. Les réactions de nos lecteurs à ce sujet… (cf. notre édition du 22/07/2018)

La traversée trop onéreuse pour les Espagnols
La cherté des prix de la traversée est vraiment scandaleuse pour les touristes en provenance d’Espagne. Il faut en effet compter pas moins de 3.000 DH ou 300 euros l’aller-retour entre la péninsule

frein_invest.jpg
 

Ibérique et la ville du détroit! Et ceci, même en basse saison ! C’est tout à fait impensable pour une si petite distance… C’est par ailleurs étonnant que les Etats espagnol et marocain n’interviennent pas pour réguler ces tarifs prohibitifs.  Il s’agit probablement d’une entente, sans doute illégale, entre les différentes compagnies qui assurent la traversée en question. A quand un retour à la normale?
Elios  

Des séjours bien trop coûteux 
Séjourner dans un hôtel à Tanger ou à Tétouan coûte beaucoup plus cher que dans d’autres villes du Royaume. Une chambre 3 étoiles vous reviendra ainsi près de 850 DH. De quoi faire fuir les touristes! o
Ilyass


Bac: Une réussite au goût amer

bac.jpg
 

Un coup d’épée dans l’eau!
Certes, le taux de réussite au bac cette année est en nette évolution comparé aux années précédentes, atteignant un taux de réussite avoisinant les 72%. Néanmoins, le niveau des bacheliers, quant à lui, enregistre une importante régression. Les meilleurs d’entre eux ont en effet besoin de deux ans d'écoles préparatoires pour passer l'examen d'entrée aux universités et facultés privées. De plus, une fois l’école ou la faculté intégrée, la situation ne s’améliore pas d’un iota pour ces derniers. Le système est largement faillible pour les écoles publiques, mais également pour la grande majorité des écoles privées qui ne font que vendre des diplômes, dont la plupart ne sont pas reconnus sous nos latitudes. Pour changer la donne, ces établissements devraient imposer aux bacheliers la passation d’examens d’entrée sérieux et transparents. Ne nous le cachons pas, le Maroc a un besoin énorme en termes de compétences techniques. Il faut donc affronter la vérité et reconnaître les faits tout en optant pour des solutions radicales. S’inspirer de modèles internationaux de réussite dans ce domaine s’avère également judicieux.
Karim

Des résultats proches de ceux de l’hexagone
Les résultats du baccalauréat cette année sont meilleurs qu’auparavant, affichant un glorieux taux de réussite dépassant les 71%. Le Royaume se rapproche donc du reste du Monde et notamment de l’Hexagone, qui a enregistré un taux de 88,9% en 2018. Nous sommes donc loin du taux de 50% obtenu il y a à peine quelques années de cela. Bravo à nos bacheliers!
Dr. Ben 


Et d’autres réactions…

dauphin.jpg
 

Delphinarium au Maroc: Un projet bénéfique contre le chômage 
Le Maroc possède désormais son propre delphinarium. La structure en question, baptisée «Agadir Dolphin world», vient de voir le jour à Agadir et c’est tant mieux! La région en question a besoin de projets et d’investissements qui permettront de lutter contre l’appauvrissement de nos concitoyens et le chômage.
Abdou 

Zéro Mika: Aucune alternative!
Le vrai problème, c’est qu’il n’y a pas d’alternative pour les consommateurs. Il aurait fallu réduire le prix des sacs écologiques. Quant aux sacs en plastique qui étaient auparavant gratuits, le client est obligé de débourser 5 DH pour s’en procurer. Une formule qui n’arrange finalement que les commerçants!
Khalid Machkour 

fb.jpg
 

Subsahariens à Fès: Proposons leur un job!

tweet.jpg
 

L’opération d’évacuation des subsahariens qui s’est récemment tenue sur un terrain de l’ONCF à Fès ne doit pas s’arrêter là. Il faut rapidement proposer à cette population du travail, leur résidence sous nos latitudes étant à durée déterminée ou indéterminée suivant les cas. Ensuite, si cela ne porte pas ses fruits, il serait judicieux de reconduire ceux qui ne travaillent toujours pas. Quoi qu’il en soit, ces emplois doivent être honnêtement rémunérés par les employeurs.
OthmanS 

#Sois une femme
Adieu plage de mon enfance! Adieu douceur de vivre! Adieu insouciance des bains de soleil! Hier, j’ai fait un constat effroyable: le paysage de nos plages a bien changé... Ce n’est pas l’invasion de méduses, de physalies ou autres créatures marines qui menace nos côtes marocaines, mais une invasion d’une toute autre nature, plus insidieuse et bien plus dangereuse… 
Une radicalisation nette et presque généralisée des femmes sur nos plages sous le regard triomphant de leurs hommes torses nus, les exhibant tels des êtres soumis et inférieurs! Malheureusement, la campagne qui a récemment envahi la toile marocaine sous le nom de «Sois un homme», incitant les femmes à se couvrir sur les plages, a porté ses fruits… Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le constat est alarmant! Je suis plus que jamais nostalgique du temps où, sur nos plages, hommes et femmes, malgré leur presque nudité, se côtoyaient dans le respect et dans le plaisir simple de profiter des joies de la mer et du soleil... Il est nécessaire de nous mobiliser, nous les femmes, pour enrayer cette campagne qui vise à nous aliéner et à réduire nos libertés! Je vous invite mes ami(e)s à lancer une campagne qui porterait le slogan de «Sois une femme» pour protéger nos droits élémentaires au respect et à la liberté de nous habiller comme on veut! Je vous invite à partager au max mon message et slogan «Sois une femme».

N.B.,  professeure 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc