International

Conflits et catastrophes naturelles: Ce qui fait fuir les migrants

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5274 Le 17/05/2018 | Partager
Près de 31 millions de déplacés en 2017
Ils sont issus notamment de la Syrie, du Congo ou encore de l’Irak
migrants_074.jpg

Le nombre de migrants dans le monde est estimé à 258 millions, soit 3,4% de la population mondiale (Ph. AFP)

Dans le monde, ce sont quelque 40 millions de personnes qui se trouvent déplacées dans leur pays en raison de conflits. C’est ce que relève une nouvelle étude de l’Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC), organisme de surveillance de ces déplacements et du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

Le phénomène migratoire international s’accentue. D’autres rapports comme ceux du FMI ou de la Banque mondiale font le même constat. Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR) s’inquiète aussi d’une crise à l’échelle mondiale.

Concernant les déplacés de l’année 2017, 76% viennent d’un groupe de dix pays comprenant la Syrie, la République démocratique du Congo et l’Irak, selon la récente étude. Ces trois pays comptent la moitié de ces personnes. En Syrie, quelque 2,9 millions de personnes ont été déplacées l’an passé, nombre d’entre elles pour la deuxième ou troisième fois.

Ce qui porte le nombre total de personnes déplacées à 6,8 millions dans ce pays ravagé par la guerre. Le Yémen qui était auparavant en tête de liste, ne fait plus partie des dix pays les plus concernés par le phénomène. Ceci s’explique par des «difficultés d’accès au pays, actuellement en guerre et du manque d’informations», selon Alexandra Bilak, la directrice de l’IDMC, à Genève.

Le nombre de personnes déplacées pourrait en fait être bien plus élevé. L’IDMC manquant d’informations sur quelque 8,5 millions de personnes répertoriées comme ayant retrouvé leur foyer ou ayant été installées ailleurs.

L’étude explique par ailleurs que 18,8 millions de personnes dans 135 pays ont dû être déplacées en raison de catastrophes naturelles (inondations, tempêtes et cyclones). Combinés avec les millions de gens déplacés par les guerres, ce sont au total 31 millions de personnes qui ont été déplacées dans leur propre pays l’an passé, soit plus de 80.000 par jour.

Pour rappel, les pays de l’ONU, à l’exception des Etats-Unis, viennent de lancer une négociation pour aboutir à la signature en décembre au Maroc d’un Pacte mondial sur les migrations non contraignant. Six rounds de négociations à New York, un par mois, sont prévus jusqu’en juillet. L’objectif est d’aboutir à un accord qui sera ensuite formellement entériné les 10 et 11 décembre lors d’un sommet au Maroc (cf. notre édition N° 5215 du 22/02/2018).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc