International

Statut d’Al Qods: Les Palestiniens ripostent

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5271 Le 14/05/2018 | Partager
Transfert de l’ambassade américaine, commémoration de la Nakba…
La décision de Trump vivement contestée

Les manifestations s’accentuent à l’approche du transfert, ce lundi 14 mai, de l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Al Qods et de la commémoration le lendemain de la «Nakba» qui marque la création de l’Etat d’Israël et l’exode de centaines de milliers de Palestiniens.

La question palestinienne traverse «une phase des plus critiques» suite à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Al Qods comme capitale d’Israël et de transférer l’ambassade US à la ville sainte, avait affirmé l’ambassadeur de l’Etat de Palestine à Rabat, Jamal Choubki, lors d’une récente conférence.

L’Assemblée générale de l’ONU avait approuvé à une large majorité des voix la résolution contre la décision des Etats-Unis. Le Maroc avait exprimé à plusieurs reprises sa profonde préoccupation au sujet de la décision de l’administration américaine. Tout en insistant sur «la centralité de la question d’Al Qods, le refus de toute atteinte à son statut juridique et politique et la nécessité de respecter sa symbolique religieuse et de préserver son identité civilisationnelle ancestrale».

Le Maroc a appelé les pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU à assumer pleinement leur responsabilité pour préserver le statut juridique et politique d’Al Qods. Et éviter tout ce qui est de nature à attiser les conflits et porter atteinte à la stabilité dans la région.

Plusieurs pays soutiennent la question palestinienne. Le nouveau dirigeant cubain Miguel Diaz-Canel a reçu, vendredi 11 mai, à La Havane le président palestinien Mahmoud Abbas et lui a apporté son soutien à la création d’un Etat palestinien.

Mahmoud Abbas a achevé samedi sa tournée en Amérique latine, qui l’a également emmené au Venezuela et au Chili, deux pays qui ont soutenu le projet de constitution d’un Etat palestinien. Au Venezuela, Mahmoud Abbas avait demandé aux pays latino-américains de ne pas transférer leur ambassade en Israël à Jérusalem (Al Qods), comme s’apprêtent à faire les Etats-Unis.

L’annonce par le président Trump du retrait de l’accord nucléaire iranien a en outre ajouté aux profondes incertitudes régionales. Les tensions sont brusquement montées d’un cran la semaine dernière entre l’Iran et Israël en Syrie.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc