Entreprises

Logistique: Une évolution à deux vitesses

Par Nadia DREF | Edition N°:5268 Le 09/05/2018 | Partager
La stratégie nationale flotte encore
Le retard de la desserte Nord de Zenata pénalise Casablanca
Le privé accroît les investissements et affûte ses offres
logistique-bateau-port-068.jpg

Tanger Med s’impose en tant que nouveau hub stratégique méditerranéen. Il est de plus en plus recherché pour sa position stratégique, sa connectivité, les facilitations administratives ainsi que la maîtrise des délais de transit (Ph. L’Economiste)

C'est une évidence au niveau mondial. La performance logistique est un facteur d’attractivité des investissements. C’est également un levier de compétitivité et de développement des PME. Au Maroc, le bilan est mitigé. En dépit de la mise en place de la stratégie de développement de la compétitivité logistique, un long chemin reste à parcours. Et pour cause, le secteur avance à deux vitesses.

D’un côté, le secteur privé s’implique davantage à travers plusieurs chantiers. Extension ou création de plateformes logistiques, développement des offres et métiers de la supply chain, hubs régionaux, digitalisation… tous les moyens sont bons pour capter une demande en progression.

Plusieurs projets ont été révélés récemment. Citons à cet égard Dachser qui vient d’investir 7 millions de DH pour l’extension du site de Mohammedia. Opérationnelle depuis le 1er mai, la plateforme redimensionnée regroupera, sur un même site les activités de transport routier international et domestique, de logistique contractuelle ainsi que les prestations de dédouanement.

Pour sa part, Global Express Courrier (Globex) poursuit son développement et devient le nouveau prestataire de services au Maroc du géant néerlandais de la logistique, TNT Express. Avec ce nouveau partenariat, Globex veut offrir de nouveaux services: Import express economy, export express economy, service routier (import, export) pour l’Europe, plateforme de stockage... Objectifs: tripler son volume à l’import, consolider sa présence régionale et faire de Casablanca son hub régional. L’opérateur vise également à améliorer ses services vers et en provenance de l’Europe.

Pour répondre aux besoins de plus en plus pointus du secteur de la logistique, Fenie Brossette vient de s’associer avec Storax. A travers ce partenariat, les deux groupes veulent mettre sur le marché le satellite Ranger, un nouveau système de stockage compact pour palette et container conforme aux règlementations européennes, apprend-on auprès du management.

Autre enjeu majeur: l’entreprise de demain ne sera pas que physique mais sera également digitale. L’intégration du numérique remet en question la chaîne logistique, ses métiers, son organisation, ses process, ses modes de travail et ses collaborateurs. Cela aura un grand impact sur le commerce international. C’est ce qui ressort d’ailleurs des «Tangier Logistics Days», organisées par Tanger Med au profit des professionnels du secteur du transport et de la logistique dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma.

logistique-068.jpg

Le groupe Emirates Logistics a inauguré un nouvel entrepôt dans la zone logistique de Tanger Med. A terme, le groupe devra employer plus de 370 personnes (Ph. L’Economiste)

Une des clés du succès de l’attractivité du Maroc est le port Tanger Med. A l’unanimité, tous les industriels implantés dans les zones franches applaudissent la qualité du service offert par la plateforme portuaire. La durée du transit est devenue même un indicateur de performance.  

Medhub, filiale de Tanger Med, confirme ainsi son leadership de hub logistique africain avec la récente installation de Emirates Logistics et de Adidas. Ces deux groupes mondiaux ont fait le choix de développer un hub logistique à partir de cette infrastructure portuaire. Adidas a investi plus de 100 millions de DH dans un entrepôt de 13.000 m². Le nombre d’articles livrés à partir de ce magasin cette année s’élève à près de 5 millions de pièces et 30.000 références de produits provenant de plus de 20 pays.

2017 a été également marquée par l’arrivée de plusieurs mastodontes: Bosch, Huawei, 3M et Decathlon. Le choix du Maroc n’est pas fortuit. Ces opérateurs optent pour Tanger Med après avoir mis en concurrence ce port avec d’autres plateformes mondiales, explique l’autorité portuaire (TMPA). Ces acteurs veulent profiter de la position stratégique de Tanger Med, de sa connectivité avec 174 ports dans le monde, des facilitations administratives et de la maîtrise des délais de transit, souligne la même source.

Marrakech abrite Logismed et Eurolog 2018

Le Salon international du transport et de la logistique pour l’Afrique et la Méditerranée (Logismed) se déplace pour la 1re fois en dehors de Casablanca vers Marrakech. Il se tient du 9 au 11 mai en parallèle avec la 24e édition du Congrès international de la logistique, Eurolog 2018 dans la ville ocre sous le thème: «Elargir les horizons de la croissance». Cette manifestation de l’European Logistics Association (ELA) est organisée par l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL).
Cet événement se veut une plateforme d’échange entre les experts internationaux de la logistique et de la supply chain issus aussi bien du milieu professionnel que de la recherche scientifique et de l’enseignement. Eurolog 2018 englobe une série de conférences, de tables rondes et d’ateliers. Sont également prévues des visites de terrain (plateformes logistiques, usines, infrastructures…), une cérémonie de remise des prix pour récompenser des projets d’excellence (Morrocan Logistics Awards) ainsi qu’une journée consacrée à des thématiques de recherche scientifique (ELA Research Day).

Quelques indicateurs

  • Zones logistiques : 3.300 ha à mobiliser à l’horizon 2030
  • Messagerie: croissance annuelle de 15% du secteur dont 40% du marché détenu par le circuit informel
  • Le coût d’entreposage a baissé pour atteindre 1,9 DH/jour/palette en 2015 contre 3 DH/ jour/palette en 2010
  • Le nombre des freight forwarders est estimé à 800 opérateurs
  • Le taux de pénétration des IT reste faible dans le secteur

 

                                                                             

Lenteur des chantiers publics

Quant aux projets de l’Etat, initiés dans le cadre de la stratégie de développement de la compétitivité logistique, ils évoluent lentement. La Société nationale des transports et de la logistique (SNTL) qui devait devenir un champion national n’est pas très visible et ses réalisations restent minimes. Aussi, l’exemple le plus flagrant est le retard pris dans le projet d’aménagement de la desserte Nord reliant la route RR322 à la zone logistique de Zenata. Casa Aménagement vient d’ailleurs de récupérer la réalisation de ce tronçon de 5,5 km.

La SDL devra effectuer les travaux de rétablissement des réseaux, l’aménagement d’un couloir dédié aux camions en provenance et en partance du port ainsi que de deux voies de part et d’autre de ce couloir pour les autres moyens de transport.
Casa Aménagement devra également aménager les trottoirs, les plantations et les espaces verts. De même, elle prendra en charge la mise en place de l’éclairage public.

Côté financement, la Commune de Casablanca vient d’accorder 30 millions de DH à ce projet. Cette enveloppe fait partie de la première tranche du prêt accordé par la BM à la ville de Casablanca. Ce blocage était dû au manque de financement d’ailleurs. Notons que le projet de la desserte Nord nécessite un investissement global de 155 millions de DH dont 85 millions de DH financés par le ministère de l’Intérieur (DGCL), 65 millions de DH par la Commune de Casablanca et 10 millions de DH par le Conseil préfectoral. 

En revanche, la partie cofinancée par l’Agence nationale des ports (ANP) et l’Etat est quasiment finalisée. Elle consiste à réaliser une route d’environ 17 km, dont la composante maritime qui comporte une route en 2x3 voies sur plus de 4 km. Cette voie permettra aux camions qui sortent du port de ne pas emprunter les boulevards de la ville, en l’occurrence celui de Moulay Slimane. Elle est très attendue à la fois par les transporteurs mais également par les riverains pour décongestionner le trafic. Surtout que l’activité portuaire est en nette progression.

A fin mars, le nombre de conteneurs transitant par le port de Casablanca a augmenté de 4,2%, totalisant 249.476 unités, précise l’ANP.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc