Société

Les Journées du patrimoine: Quand les Casablancais (re)découvrent leur ville

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5267 Le 08/05/2018 | Partager
Cinq jours d’activités culturelles et de balades urbaines
Une journée dédiée aux enfants
Investir l’espace public
journee_du_patrimoine_067.jpg

 Chaque année, quelque 300 guides médiateurs bénévoles sont formés par Casamémoire et mobilisés pendant les Journées du patrimoine, pour accompagner les visiteurs lors de balades urbaines (Ph. Casamémoire)

«Ma ville, Mon patrimoine», c’est le thème choisi cette année pour célébrer la 10e édition des Journées du patrimoine, organisées, du 9 au 13 mai, par Casamémoire, l’association de sauvegarde du patrimoine architectural du XXe siècle au Maroc.

L’idée de la thématique développée autour d’une programmation extrêmement riche est de sensibiliser les Casablancais sur le capital matériel et immatériel de la ville et mettre en valeur  les mille et une manières dont la population s’approprie, valorise, transmet et anime le patrimoine de la capitale économique du Royaume.

Concerts, expositions, littérature, tables rondes, conférences, ateliers pour enfants et adultes, dessin et musique… un riche agenda qui permettra au public de découvrir autrement l’architecture, l’urbanisme de cette ville qui a été l’un des laboratoires d’architecture les plus audacieux du XXe siècle.

Un patrimoine architectural qui témoigne de la diversité des influences qu’a connues la ville à travers son histoire: néo-mauresque, art déco, Bauhaus, fonctionnalisme, brutalisme… Casablanca, métropole destinée à devenir la locomotive et le symbole d’un Maroc à venir: moderne, dynamique et ouvert… a été, pendant la première moitié du siècle dernier, la ville de tous les possibles.

Un patrimoine qu’il est plus qu’urgent de préserver, réhabiliter tout en l’intégrant dans cette dynamique de restructuration et de développement de la ville, loin de toute approche muséale figée de la ville, mais bien dans la promotion d’une ville vivante tournée vers l’avenir, mais respectueuse de son histoire et de son patrimoine.

C’est le message que veulent transmettre les membres de l’association, créée en 1994 par un groupe de Casablancais (architectes, journalistes, acteurs culturels, citoyens…) amoureux de leur ville, passionnés d’architecture et en colère contre la fièvre de démolition qui a fait disparaître plusieurs joyaux architecturaux de la ville. Très vite consciente que le combat pour la préservation du patrimoine ne peut se faire sans l’adhésion de l’ensemble des Casablancais, l’association organise régulièrement des séances de sensibilisation pour le grand public.

Les Journées du patrimoine sont devenues aujourd’hui «un véritable festival populaire, fait par des Casablancais pour les Casablancais», précise Amine Boushaba, vice président de Casamémoire et commissaire de la manifestation. Comme chaque année, des visites guidées gratuites, encadrées par quelque 300 guides bénévoles formés par l’association, sont proposées autour de 5 circuits préétablis.

L’occasion de découvrir les trésors cachés de la wilaya, à l’instar de deux toiles géantes du peintre Majorelle, ornant les paliers de son escalier monumental, l’architecture majestueuse de Bank Al-Maghrib, les subtilités néo-andalouses de la Mahkama des Habous ou tout simplement déambuler dans les rues de la médina avec ses remparts de 4 km renfermant de magnifiques façades percées de balcons, en écoutant le récit agrémenté d’anecdotes des guides médiateurs.

L’occasion aussi de découvrir la richesse de l’architecture industrielle à l’instar des Ateliers Tmisite sur la route de Aïn Sebaâ, œuvre monumentale de l’emblématique architecte casablancais Jean-François Zevaco, à qui on doit également la fameuse «Kora Ardia» sur la place des Nations Unies et repère de tout Casablancais, ou encore de (re)découvrir des lieux chargés d’histoire du quartier Hay Mohammadi  tels que l’ex-centre de détention de Derb Moulay Cherif, du cimetière des martyrs de juin 1981, des Carrières centrales, du cinéma Saada, mais aussi du terrain du TAS, pour ne citer qu’eux.

Lors de la dernière édition, près de  15.000 personnes ont bénéficié des visites guidées, dont quelque 6.500 élèves, et près de 22.000 personnes ont bénéficié de l’animation et de la programmation culturelle, faisant de ces journées du patrimoine un véritable festival populaire pour célébrer la ville.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc