Société

Trophées Marocains du monde: Le cru de la 2e édition

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5262 Le 30/04/2018 | Partager
Des chercheurs, des entrepreneurs, des politiciens, des artistes et des champions sportifs
15 nominés, 6 trophées décernés et un nouveau regard sur la diaspora marocaine

Loin des clichés, des médias qui stigmatisent la population émigrée, loin des partis politiques étrangers qui font un amalgame entre islam et radicalisme, les Marocains du monde ont toujours brillé. Il y a parmi eux d’éminentes personnalités très reconnus par leurs pairs, dans leurs disciplines.

Ce sont des chercheurs, des sportifs, des artistes et des entrepreneurs qui ont un rôle décisif dans l’impulsion de la dynamique économique et le développement du Maroc. Parmi les 5 millions de Marocains répartis dans 120 pays, il y a 300.000 entrepreneurs. Et c’est à tous ces brillants marocains résidents à l’étranger que des Trophées Marocains du monde (TMM) ont été créés à l’initiative de BM magazine, spécialisé dans les problématiques de l’émigration.

Objectif: promouvoir une image positive des Marocains du monde, et ce dans 5 catégories: art et culture, recherche scientifique, politique & vie associative, sport, entreprise. 15 nominés aux parcours impressionnants et qui sont des modèles de réussite. «En les primant, les gagnants sont mis en valeur et, partant, deviennent un modèle pour tous les autres membres de la diaspora.

Cet hommage leur est rendu au Maroc, la symbolique est très forte car c’est dans leur pays d’origine que leur talent et leur mérite sont reconnus», se réjouit Amal Daoud, initiatrice de ces trophées. Pour cette deuxième édition, un hommage hors pair a été rendu à Latifa Ibn Ziaten, figure connue de l’immigration marocaine, qui milite, depuis l’assassinat de son fils, pour l’éradication de la radicalisation et de l’extrémisme.

ahmed_laaouej_062.jpg

■ Ahmed Laaouej, homme politique
Ce Belgo-Marocain de 49 ans (à droite) est actuellement président du premier groupe parlementaire francophone en Belgique et vice-président du parti socialiste à Bruxelles. Issu d’une famille marocaine émigrée en Belgique, Laaouej est diplômé d’économie de l’Université de Liège. Après un passage au ministère des Finances, il se consacre à la vie politique et notamment à la défense des droits des immigrés. En 2013, il devient vice-président de la Fédération bruxelloise du PS. C’est un autre député maroco-belge, Fouad Ahidar, qui lui a remis le trophée Marocains du monde.

mehdi_kassou_062.jpg

■ Mehdi Kassou, défendeur des droits de migrants
Avant de fonder une plateforme citoyenne d’aide aux réfugiés, Mehdi Kassou menait une vie de cadre dynamique au service de la plus grande chaîne bruxelloise RTL, ensuite d’une multinationale, Samsung. Il quitte cette vie pour se consacrer à sa véritable passion, l’associatif pour venir en aide aux migrants, notamment après l’arrivée massive de migrants syriens en Europe. En juin 2017, il met ses compétences de communicateur et «d’homme d’affaires» au service d’une cause. Il veut réagir au durcissement de la politique migratoire, à un discours ambiant qu’il juge biaisé, à des médias qu’il juge au mieux passifs… Mehdi Kassou est classé parmi les figures citoyennes de Belgique.

nora_mana_062.jpg

■ Nora Mana, la sportive montante
Nora Mana, âgée de 20 ans, est une des championnes de natation d’origine marocaine les plus en vue. A 18 ans, elle participe aux Jeux Olympiques de Rio 2016, aux Jeux africains au Botswana et aux championnats arabes de Dubaï où elle rafle deux médailles. Elle vit actuellement à Florence en Italie.
 

 

dr_jalid_sehouli_062.jpg

■ Dr Jalid Sehouli pour la lutte contre le cancer
Berlinois, fils de Marocains qui ont émigré en Allemagne, Jalid Sehouli (à droite) a obtenu son doctorat en 1998 et est devenu un des grands praticiens allemands de la gynécologie obstétrique. Ses travaux portent sur le cancer de la femme, un domaine dont il fait une des batailles au quotidien. Il a d’ailleurs obtenu le prix Roma Focus Awards pour ses services à la médecine du cancer chez les femmes. Sehouli est co-éditeur de plusieurs revues professionnelles et auteur de plusieurs centaines d'articles dans des revues nationales et internationales sur tous les aspects de la gynécologie.

bouchra_azzouz_062.jpg

■ L’engagement de la réalisatrice Bouchra Azzouz
Essayiste, auteur, réalisatrice, Bouchra Azzouz (à droite) est surtout une femme engagée pour les droits de la femme. Originaire de Bobigny, elle s’est très vite intéressée à la vie des générations de l’après-guerre qui ont émigré en France. Au travers de ses œuvres, elle interroge la question de l’identité et de l’émancipation de la femme. Elle a déjà réalisé un film documentaire, «Nos mères, nos daronnes», dans lequel des habitantes d’un quartier populaire de la banlieue parisienne depuis le début des années 70, des mères, d’origine, de religion, de cultures différentes, racontent comment elles ont gagné leur liberté de femmes. Un autre film «On m’appelait beurette» sera diffusé en septembre prochain sur France 2.

mohamed_mechbal_062.jpg

■ Le self-made-man Mohamed Mechbal
Il est self-made-man, d’origine marocaine. Arrivé en Belgique à 13 ans, il poursuit des études d'assistant social avant de travailler comme auxiliaire au ministère de la Justice. A 30 ans, il décide de lancer ses affaires, le commerce des produits ethniques en créant MTM puis Medi Food, deux sociétés qui fusionneront pour donner Mia Trading. Il compte aujourd’hui parmi les hommes d’affaires les plus influents de la région bruxelloise.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc