Economie

SIAM: Une vitrine continentale ouverte sur le monde

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5259 Le 25/04/2018 | Partager
SAR le prince Moulay Hassan a inauguré la 13e édition
70 pays, 1.350 exposants et 850.000 visiteurs attendus jusqu’au 29 avril

Et de 13 pour le Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM). Le coup d’envoi de cette nouvelle édition a été donné, hier, par SAR le Prince Héritier. En effet, Moulay Hassan est un habitué du salon de Meknès pour avoir déjà présidé nombre d’éditions.

Pour celle de 2018, qui se poursuivra jusqu’au 29 avril, le Prince a été accueilli, à 11H30, à Sahrij Souani, site du SIAM, par Aziz Akhannouch, Mbarka Bouaida, Hamou Ouheli, respectivement le ministre de l’Agriculture et les Secrétaires d’Etat en charge de l’Agriculture, et du développement durable. Parmi les officiels figuraient notamment l’Ambassadeur des Pays-Bas, pays à l’honneur lors de ce 13e SIAM, le wali, le président de la région Fès-Meknès et le maire de Meknès.

Au premier rang également Miriem Bensalah Chaqroun, présidente sortante de la CGEM, Abdeslam Ahizoune, PDG de Maroc Telecom, Mohamed Terrab, PDG de l’OCP, Omar El Yazghi, président du directoire de CDG Développement, et Mohamed Bensalah, patron du groupe Holmarcom.

SAR Moulay Hassan, ainsi que la délégation d’officiels qui l’accompagne, ont battu le pavé, durant plusieurs heures, afin de s’enquérir des principales nouveautés agricoles, scientifiques et animalières. Tenue sous la thématique «Logistique et marché agricole», la vitrine géante de l’agriculture marocaine accueille cette année quelque 1.350 exposants de 70 pays.

Face à ses invités, le Maroc est considéré comme un modèle agricole macro-régional tant à l’échelle continentale qu’auprès du bassin euro-méditerranéen. En effet, Innovation, Agriculture solidaire, Développement durable, Agrobusiness et chaînes de valeur, …sont autant de thématiques qui ont permis de mettre en exergue les défis auxquels fait face le secteur agricole et agroalimentaire marocain et accompagner la dynamique insufflée par le Plan Maroc Vert (PMV) dans ses deux phases.

Cette année encore, le SIAM vient conforter son positionnement à travers une édition placée sous le thème de la logistique, illustrative de sa dimension internationale et de l’évolution de la stratégie du PMV aujourd’hui axée vers la commercialisation de la production agricole et les débouchés tant nationaux qu’internationaux.

La nouvelle vocation de Beni-Mellal

Si pendant longtemps, la région Beni-Mellal-Khénifra était une terre de MRE, aujourd’hui, elle constitue le grenier du Royaume et plus de 50% de ses jeunes travaillent dans l’agriculture. Cette vocation «agricole» lui est garantie par des terres fertiles et une production remarquable. Avec 405 millions de litres, cette région représente 14% de la production nationale du lait. Elle approvisionne le Royaume avec 15% des viandes rouges, 11% des céréales, 12% des pommes, 15% des olives, 20% des agrumes, 85% du piment rouge et 50% des grenadines. Par ailleurs, ses exportations (2016-2017) se chiffrent à 35.500 tonnes d’agrumes (5,5% des exportations nationales, 2.100 tonnes d’huiles d’olive extra-vierge (9%), 14% citron, et 507 tonnes de conserveries (1%). Les perspectives de cette région reposent sur des programmes de mise à niveau et d’aménagement colossaux entrepris dans le cadre du Plan Maroc Vert. Leur mise en œuvre laisse augurer des mutations sans précédent, dans la mesure où le modèle de développement basé sur le paysan-entrepreneur est en train de prendre forme, selon une démarche inclusive permettant l’accès aux marchés des petits exploitants.

                                                                                 

 

lanser-059.jpg

■ Se positionner sur «L’avenue des régions»

«Que dites-vous de cette belle avenue des régions?». Mohand Laenser est fasciné par le pôle Régions, et le stand Fès-Meknès, pied sur mer, en face du bassin Sahrij Souani. L’on comprend mieux pourquoi c’est le bleu de Chaouen et pas celui de Fès qui décore la représentation du stand. Quoi qu’il en soit, le président du conseil régional de Fès-Meknès et doyen des présidents de régions, se dit ravi. Il a invité Khattat Yanja, président de la région Dakhla-Oued Eddahab, à découvrir les productions de sa circonscription telles les pommes d’Azrou, les amandes d’Aknoul, les figues de Taounate, ou encore l’huile d’olive de Meknès. Bref, des cultures variées qui nécessitent une irrigation rationnelle.
A ce titre, Kamal Hidane, DRA, explique que «grâce au projet d’irrigation Moyen Sebou-Innaouen Aval, le barrage Idriss 1er desservira quelque 10.000 ha de terres agricoles à l’horizon 2020. «S’inscrivant dans la dynamique agricole, la région Fès-Meknès met en avant son Agropolis et les opportunités d’investissement dans le secteur de la logistique», renchérit Laenser. En tout cas, c’est un avis partagé par les 12 présidents de régions qui exposent leurs productions agricoles, montrant une diversité et une complémentarité entre le nord et le sud, l’est et l’ouest.

                                                                                 

iam-agriculture-059.jpg

■ La smart agriculture d’IAM: Trois nouvelles technologies

Chaque année, l’opérateur historique des télécoms présente une innovation à l’occasion du SIAM. Lors de cette édition, IAM propose la Smart Agriculture. L’opérateur conseille aux agriculteurs des solutions innovantes utilisant la technologie de l’Internet des objets. Pour leurs concepteurs, ces solutions contribueront à une agriculture performante. «Nous proposons des solutions de la ferme connectée, la smart irrigation, et le tracking troupeau», expliquent-ils. Le but des technologies IAM est de suivre l’activité du troupeau de vaches afin d’améliorer la production et la rentabilité de la ferme. En fait, le tracking troupeau facilite la gestion du bétail lors des pâturages. Il évite les pertes de moutons et assure le développement serein du troupeau. Par ailleurs, la Smart irrigation est une solution de monitoring à distance des outils d’irrigation des terres agricoles.
Cette technologie se base sur l’utilisation de capteurs pouvant contrôler le paramétrage du niveau de pression dans l’irrigation, la direction et angle d’irrigation, et la durée d’irrigation. L’objectif principal est de réduire le temps d’arrosage de 50%, soit 4H/jour au lieu de 8h/Jr. A noter que IAM prévoit aussi des solutions contre la fuite d’eau, l’arrêt du wagon d’irrigation, et le décalage par rapport au trajet d’irrigation cible. Ceci étant, nombre d’agriculteurs s’interrogent sur l’utilisation des drones comme agents de contrôles des terres. Une question qui restera en suspens en attendant l’évolution de la législation à cet égard.

                                                                                 

moutons-059.jpg

■ Les stars du pôle élevage

Ils sont les stars du pôle élevage. Un mouton géniteur de race Sardi de la localité de Labrouche (province de Settat) et un taureau de Casablanca. Le premier est doté d’une carte grise et pèse 150kg. «Il est vendu à 40.000DH. La femelle de cette race est proposée entre 4.000 et 7.000DH, selon si elle est immatriculée ou pas», explique Khalil Mostapha, propriétaire du mouton géant, dit le «Fahl». De l’autre côté de ce pôle, des taureaux de plus d’une tonne à la pesée sont exhibés. L’un d’entre eux, âgé de 48 mois, pèse 1,75 tonne. Ce géniteur est immatriculé à Casablanca. C’est la vedette du pôle élevage, tout comme les bœufs des Domaines. Ici, les meilleures lactations des mères se situent entre 12.300 et 14.000 litres de lait produit par chaque bête. A noter enfin que le pôle élevage compte 286 exposants, dont 43 producteurs et 243 éleveurs.

                                                                                 

■ Soiloptix: Une innovation signée OCP

L’OCP passe au crible l’analyse des sols. A travers sa solution Soiloptix, l’entreprise met en avant un système innovant basé sur la technologie des rayons gamma. Ce système scanne avec précision toute la surface disponible. Il fournit des cartes à haute résolution qui complète l’information obtenue suite aux analyses des sols. 

soiloptix-059.jpg

Syngenta, un spécialiste des produits phytosanitaires
et des semences

Syngenta Maroc, filiale du géant mondial Syngenta, participe à la 13e édition du SIAM. «A travers cette participation, nous voulons confirmer notre vocation première à répondre aux exigences des consommateurs marocains en termes de disponibilité, qualité et sécurité alimentaire. Car dans le royaume, comme dans d’autres pays dans le monde, la sécurité alimentaire demeure une préoccupation majeure», expliquent ses responsables. L’entreprise prône la promotion d’une agriculture saine et durable en accompagnant les agriculteurs au niveau local. Grâce à son unité de recherche et de développement, Syngenta Maroc œuvre pour la protection et l’amélioration des cultures, à travers trois piliers: protection des plantes, semences et auxiliaires. «Nous sommes fortement présents sur le marché marocain à travers une large gamme de produits performants et une équipe d’ingénieurs régionaux, entièrement dédiée au conseil et à l’orientation de l’agriculteur», conclut son management.

                                                                                 

pays-bas-siam-059.jpg

■ Les Pays-Bas à l’honneur

Entourée des pavillons français et espagnol, la représentation des Pays-Bas est située au cœur du pôle international. Normal, puisque l’organisation a choisi la Hollande comme pays à l’honneur. «Considérée comme la «porte de l’Europe», la Hollande bénéficie d’un réseau logistique de premier plan et représente l’une des places centrales du commerce européen et mondial pour les produits agricoles», explique-t-on. En chiffres, le marché néerlandais a exporté 91,7 milliards d’euros de produits agricoles en 2017. Les pommes de terre, fruits et autres légumes représentent la partie la plus importante des exportations néerlandaises, suivis par les animaux vivants et la viande, l’horticulture ornementale, ainsi que les produits laitiers et avicoles. Pour le Maroc, le modèle néerlandais constitue un benchmark intéressant par rapport à la thématique du SIAM 2018.

                                                                                 

 

siam-2018.jpg

■ Le SIAM en chiffres

Après avoir franchi en 2017 un record historique, 1.009 exposants nationaux et 337 internationaux, le SIAM poursuit sa croissance et constitue une tribune privilégiée pour les opérateurs nationaux et internationaux de la filière agricole. Se déployant sur 180.000 m² dont plus de 90.000 m² couverts et 200.000 m² de parking, l’édition 2018 accueille quelque 1.350 exposants issus de 70 pays et compte recevoir 850.000 visiteurs. Le SIAM est indéniablement aujourd’hui une référence de haute facture sur l’agenda des donneurs d’ordre internationaux et une opportunité économique de premier plan pour les agriculteurs et l’ensemble des acteurs du secteur.o

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc