Régions

Fès/Festival de la diplomatie culinaire: L’apport des Nations Unies

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5251 Le 13/04/2018 | Partager
Les cuisines tunisienne et mexicaine à l’honneur du 19 au 22 avril
Une cité et une académie des arts culinaires pour bientôt
art_culinaire_051.jpg

Pour Oussama Skali, directeur du FFDC, «ce festival ne fait que prolonger l’image qu’a déjà notre pays sur la scène internationale: une terre de paix, de tolérance et d’ouverture. Quelles que soient les origines ou les croyances»

Dernière gne droite pour les préparatifs du festival de Fès de la diplomatie culinaire (FFDC). Un événement qui d’année en année gagne en succès et en renommée. A telle enseigne qu’il bénéficie de l’appui des Nations Unies. «Ce millésime 2018 est bien la preuve d’un succès croissant.

Si la politique divise les hommes, la bonne table les réunit. Cet adage bien connu dit vrai: dans un monde qui a de la peine à s’identifier dans les valeurs fondamentales des droits humains, du développement durable et de la paix, la cuisine reste une valeur partagée, quotidienne, et universelle», indique Michaël Moller, DG de l’organisation onusienne à Genève. En effet, la diplomatie culinaire, que ce festival explore depuis 2016, existe depuis toujours.

Elle a servi à tour de rôle comme arme de séduction entre les peuples, comme moyen de persuasion entre négociateurs, ou encore comme démonstration de pouvoir entre Etats. Signalons que les Nations Unies travaillent sans relâche pour qu’il y ait plus d’opportunités pour que les peuples s’entendent et les gouvernements s’accordent.

Prévue du 19 au 22 avril, la 3eédition de cet événement célèbrera les«Arts culinaires, santé et sagesses du monde: gastronomies et cultures du terroir du Maroc et d’ailleurs». Quatre jours durant, le festival invitera de grands chefs, comme Christian Tetedoie, Moha et Najat Kanaache.

Ces experts du goût viendront partager leur savoir-faire et leur art avec le public. Ils réinterpréteront également nos gastronomies respectives à la lueur de ces expériences séculaires et de ce que nous en dit et propose la science aujourd’hui.

Rappelons que l'édition 2018 mettra à l’honneur les cuisines de la Tunisie et du Mexique. «L’ambition est de voir comment chaque pays essaie d’exposer son art gastronomique, de le développer dans la mesure où cette promotion est la meilleure ambassadrice qui soit…Notre projet prévoit la création d’une cité et une académie des arts culinaires traditionnels», conclut Oussama Skali, directeur du festival.

En plus de l’image que ce festival apporte à Fès et au Maroc, son impact économique sur la ville est concret. Il permet de créer des relations commerciales entre les professionnels de la restauration, les producteurs du terroir, mais aussi les jeunes diplômés du secteur qui sont sollicités pour l'occasion à l'Institut de Technologie Hôtelière et Touristique de Fès.

C'est aussi, le moyen de rappeler la noblesse de l'art culinaire marocain et de militer pour son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO, à l’image de ce qu’a fait le Mexique, raison du choix de ce pays. Enfin, en mettant à l’honneur la gastronomie marocaine, c’est tous les produits du terroir marocain qui sont une nouvelle fois mis en avant.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc