Entreprises

La Banque Populaire étend son réseau dans le Golfe

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5251 Le 13/04/2018 | Partager
Premier bureau de représentation bancaire à Doha
Il cible la diaspora installée dans l’émirat et les clients qataris
bp_qatar_051.jpg

Pour l’heure, le bureau de représentation de la Banque Populaire n’est pas habilité à commercialiser des produits financiers au Qatar (Ph. HE)

Le groupe Banque Centrale Populaire a officiellement inauguré, mardi 10 avril, son 14e bureau de représentation hors Afrique. Cette fois-ci, c’est à Doha, capitale du riche émirat du Golfe, le Qatar, que la Banque au cheval a décidé de s’implanter. «L’ouverture d’un bureau de représentation au Qatar, le premier par une banque marocaine, s’inscrit dans une large stratégie de notre institution bancaire.

Elle a d’abord pour objectif de permettre aux résidents marocains d’avoir un accès facile à nos services au Maroc, de leur offrir les meilleurs canaux de transfert pour rapatrier leurs économies», explique à L’Economiste Laïdi El Wardi, directeur général de la banque de détail du groupe. Des partenariats ont déjà été conclus avec des réseaux de transfert d’argent pour pouvoir proposer des formules à des coûts compétitifs.

Le bureau de représentation jouera également un rôle de vitrine pour ce rayonnement du groupe au Qatar et dans la région. Il s’agit aussi de donner aux investisseurs une plus grande visibilité des programmes de développement au Maroc. L’antenne qatariote de la BP a également pour vocation de favoriser le développement des échanges commerciaux entre les PME clientes et des partenaires au Qatar. La banque compte déjà au Maroc des clients d’origine qatarie.

Des échanges commerciaux qui restent nettement en deçà de ce qu’ils devraient être au vu de l’excellence des relations politiques entre les deux Etats. Qualité qui vient d’être renforcée depuis le déclenchement de la crise politique au Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et que le Maroc a bien su gérer.

«Les échanges commerciaux entre le Maroc et le Qatar sont passés à 80 millions de dollars à fin 2017 contre 73 millions l’année précédente, avec un déficit de 20 millions de dollars en faveur du Qatar en 2016 et de 2,6 millions de dollars pour le Maroc à fin 2017», explique Nabil Zniber, ambassadeur du Royaume au Qatar. Le marché des Marocains du monde est un segment dans lequel la concurrence est rude.

La Banque Populaire revendique plus de 51% du marché et a franchi en 2017 son millionième client. La représentation commerciale  de la banque dans le riche émirat gazier cible une communauté marocaine riche d’environ 15.000 personnes, qui entre 2016 et 2017 a évolué de 22%.

Elle est pilotée par Hicham Ben Omar El Mdaghri. Un nouveau challenge après son passage dans le bureau de la Banque Populaire aux Emirats Arabes Unis qui compte plus de 50.000 Marocains et dont le potentiel est bien plus important. Au cours de la cérémonie d’ouverture, le management a remis des trophées aux premiers clients. Il s’agit maintenant d’en recruter de nouveaux, la Banque Populaire est le premier groupe bancaire marocain à implanter un bureau de représentation au Qatar.

L’émirat, en raison du blocus imposé par les pays membres du CCG, est actuellement en train de se réinventer. Plusieurs chantiers sont ouverts à travers le pays, dont certains pour accueillir la Coupe du monde de 2022. Les investisseurs marocains devraient examiner les différentes opportunités qui s’offrent à eux.

Le Maroc bénéficie actuellement d’un gros capital-image. Le pays ne connaît pas la crise. Selon des estimations, ses revenus grâce au gaz naturel seront multipliés par six au cours des toutes prochaines années. Autant de facteurs favorables qui confortent le choix de la Banque Populaire de s’installer à Doha, avec l’ambition de faire évoluer à terme le bureau de représentation en  une  filiale  peut-être.

Le Maroc, président du groupe d’ambassadeurs africains au Qatar

nabil_zniber_051.jpg

Doha, capitale du Qatar, compte la plus grosse communauté d’ambassadeurs de pays africains au monde: 31 dont 25 résidents. Jusque-là, ce groupe était présidé par l’ambassadeur d’Algérie. Il y a quelques jours, des élections ont été organisées et porté l’ambassadeur marocain Nabil Zniber à la présidence du groupe. Ce dernier compte développer un programme d’actions pour donner plus de visibilité au continent africain dans cette région.

Nabil Zniber, ambassadeur du Maroc au Qatar (Ph. HE)

                                                                                      

Le bureau de représentation sera hissé en filiale

laidi_el_wardi_051.jpg

- L’Economiste: Après Doha, quelle est la prochaine étape?
- Laïdi El Wardi:
Nous travaillons depuis plus de deux ans, sur un projet qui a pour ambition de revoir et de restructurer toute notre implantation dans la région du Moyen-Orient. Comme vous le savez, la Banque Populaire est présente en Arabie Saoudite, aux Emirats Arabes Unis… L’idée maintenant est de dépasser le cadre du simple bureau de représentation pour aboutir sur une structure qui pourrait commercialiser des services financiers au Qatar.

- Le nouveau bureau de la Banque Populaire a-t-il les mêmes fonctions que ceux d’Amérique du Nord ou du Golfe?
- En fait, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous restructurons toute notre présence dans la région du Moyen-Orient, nous estimons que le bureau doit avoir une dimension corporate beaucoup plus renforcée que ce que nous faisons notamment au Danemark ou au Canada. En effet, il y a un besoin d’attirer les investisseurs du Moyen-Orient et de tirer profit de toutes les opportunités de cette région pour les entreprises marocaines. C’est dans ce sens que le bureau sera une plaque tournante pour la mise en relation permanente des investisseurs avec l’appui de toutes les compétences du groupe que ce soit en termes de conseil ou de financement.

- A quelle échéance le bureau de représentation sera-t-il transformé en filiale?
 - Le projet devrait être finalisé d’ici la fin de l’année.

Propos recueillis par Hassan EL ARIF

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc