Culture

Musécole: «La grande lessive» à l’école

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5250 Le 12/04/2018 | Partager
7e édition de l’événement artistique du groupe Massignon
Musée temporaire, ateliers, fresque murale…
musecole-1-050.jpg

L’exposition installée à l’école pendant une huitaine de jours n’a rien à envier aux plus grandes institutions. Belkahia, Talal, Rabii, Kacimi.. Les plus grands maîtres de la peinture moderne au Maroc y sont représentés (Ph. Jarfi)

C’est désormais une tradition bien installée. L’école Louis Massignon Bouskoura1 a organisé pour la 7e année consécutive son opération Musécole. Il s’agit d’une journée de sensibilisation de l’ensemble des élèves du groupe Massignon aux arts plastiques.

Tout est parti de l’idée d’un parent d’élève, grand amateur d’art, Ali Alami qui a proposé de familiariser les élèves avec les arts visuels. Cofondateur de l’évènement, ce dernier élabore d’ailleurs chaque année un diaporama qui est projeté pendant l’évènement pour apporter des éléments de connaissances sur la thématique de l’édition.

Ateliers de dessin et de peinture, street art, initiation à la création… Une quarantaine d’artistes et d’enseignants accompagnent les élèves et leur apprennent de manière ludique et conviviale le b.a-ba de l’art moderne et contemporain. C’est une manière différente d’appréhender l’art, qui permet aux élèves de construire un nouveau regard et qui vient enrichir l’enseignement artistique proposé au fil de l’année.

musecole-2-050.jpg

La grande lessive est une initiative internationale qui vise à promouvoir la pratique et l’enseignement artistique auprès des enfants des écoles dans le monde (Ph. Jarfi)

Parallèlement aux ateliers, un musée temporaire est installé dans l’école pour une huitaine de jours, et où des artistes majeurs exposent leurs œuvres aux côtés de représentants de la nouvelle génération d’artistes contemporains. Le catalogue édité pour l’occasion, n’a rien à envier à ceux des plus grandes expositions institutionnelles.

On y retrouve Mohamed Kacimi, Hossein Talal,  Farid Belkahia, Mohamed Melehi, Miloud Labied, Fatiha Zemmouri, aux côtés d’artistes internationaux tels que l’Espagnole Amparo Sard ou la pop artiste Cali. Les œuvres prêtées par des collectionneurs, des parents d’élèves mais aussi des galeries qui jouent chaque année le jeu.

Les visites du musée sont toujours accompagnées de guides, artistes et enseignants, qui expliquent, initient les élèves à la lecture des œuvres sous ses différents aspects. Depuis l’année dernière, où l’école a investi son nouveau site dans la ville verte, l’événement associe l’école Bouskoura 1 et 2 du groupe scolaire Louis Massignon.

musecole-3-050.jpg

L’artiste peintre Karim Tabit animant un atelier pour les enfants de l’école (Ph. Jarfi)

Ce qui fait plus d’un millier d’enfants et autant de parents qui sont associés à l’opération et qui sont invités à visiter le musée. Dans la cour de l’école, et pendant une semaine c’est «la grande lessive» qui s’étale toute en couleurs.

Des peintures, dessins et collages, en format A4 sont étendus sur des cordes à linge qui traversent la cour. Le concept de cette installation éphémère a été créé en 2006 par la plasticienne  française Joëlle Gonthier. Son objectif est de promouvoir la pratique et l’enseignement artistique.

Son titre fait référence à la pratique ancestrale de la lessive qui réunissait autour d’un même point d’eau les habitants d’un quartier ou d’une cité. Cette année, elle a été célébrée un peu partout le 23 mars, et qu’importe si à l’école Massignon, on a pris quelques libertés avec la date pour la faire coïncider avec l’évènement.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc