Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5250 Le 12/04/2018 | Partager

Le Maroc, paradis de femmes... au foyer!

caricature_cl_050.jpg

Le marché du travail connaît un taux de participation des femmes à l’emploi extrêmement faible. Celui-ci ne dépasse pas 22,4% à l’échelle nationale contre 71,6% pour les hommes en 2017. Cela montre que le chemin à parcourir pour l’autonomisation des femmes est encore très long au Maroc.
Pour certains lecteurs, être femme au foyer n’est toutefois pas une si mauvaise affaire... (cf. notre édition du 03/04/2018)

■ Pour gérer le foyer, qui à la place d’une femme?
Être femme au foyer est une activité que je considère assez noble. C’est un véritable travail que bien peu d’hommes sont capables de faire. Je militerais beaucoup plus pour que l’Etat offre un statut à part entière à ces femmes au foyer: retraite, allocations spécifiques...
Hamal

■ Une question de mentalité
Si on pouvait changer de mentalité dans un environnement de travail dominé par les hommes où une femme mariée renvoie l’image d’un congé maternité potentiel et toute la logistique derrière.
Beaucoup de patrons préfèrent s’en passer et recruter des hommes qui n’auront forcément pas de contraintes de ce genre.
Hamal

                                                                   

La CDT exige une enquête approfondie sur la faillite de Samir

cdt-samir-050.jpg

La faillite de la Samir, la seule raffinerie du pays, continue d’indigner nos lecteurs. Ils pointent particulièrement du doigt l’Etat qui «a laissé faire» ainsi que les différentes administrations censées jouer leur rôle de contrôleur... (cf. notre édition du 09/04/2018)

■ Tous responsables
La responsabilité de l’État est à signaler dans ce dossier. En effet, plusieurs défaillances ont été enregistrées sur le rôle que devaient jouer l’Office des changes, la Douane, le Fisc, la Bourse de Casablanca et le département de contrôle des stocks de sécurité au ministère de l’Énergie et des Mines. L’enquête devra aussi se pencher sur la responsabilité du patron Al Amoudi et son implication dans la facturation élevée des prix d’achat de brut et des dérivés importés de l’étranger.
Simohamed

■ Quand on laisse faire n’importe qui...
Personne ne parle des petits porteurs qui ont fait confiance à un secteur hautement stratégique et finalement ils se sont aperçus que c’est l’Etat qui a laissé faire. Je n’arrive pas comprendre comment notre Administration a laissé un étranger faire ce qu’il veut dans notre pays: une confiance totale, aucun contrôle. Cela veut dire que nous sommes dirigés par des responsables incompétents!
Bettich

                                                                   

Aéroport Mohammed V: Une gifle méritée!

aeroport-mohammed-v-050.jpg

Le classement de l’aéroport Mohammed V de Casablanca comme pire aéroport au monde a suscité de nombreuses réactions chez nos lecteurs. La majorité estime que c’est mérité vu la qualité de service, l’état de certaines infrastructures et les longues attentes... (cf. notre édition du 07/04/2018).

■ Formalités fastidieuses
Ce n’est pas un aéroport accueillant comme d’ailleurs tous les aéroports marocains. Les sourires et la gentillesse ou tout simplement la courtoisie sont rares. Le personnel fait une mine sinistre et, à chaque formalité, vous donne l’impression qu’il vous rend service. Les formalités sécuritaires sont longues, fastidieuses et répétitives. On n’est jamais sûr de récupérer ses bagages. Je les ai perdus plusieurs fois, ils étaient partis je ne sais où en Afrique.
Balth

■ Éclairez ma lanterne
Je veux parfaitement croire que le classement de e-Dreams soit fantaisiste. Mais expliquez-moi pourquoi les toilettes sont soit occupées par les femmes de ménage avec leurs serpillières et de l’eau partout, soit si sales? Pourquoi n’y a-t-il pas de savon? Pourquoi les sèche-mains ne fonctionnent-ils pas? Pourquoi les portes n’ont-elles pas été réparées?
Balto

■ Une mauvaise pub!
Pas besoin d’enquête scientifique quand il faut attendre en moyenne entre 1h30 et 2 h pour sortir de l’aéroport à l’atterrissage. ONDA réagissez, rappelez-vous que c’est la première chose que voient les investisseurs étrangers! Mon propre patron préfère venir par Rabat pour une réunion à Casa!
Michel

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc