Régions

Fès/Tourisme: L’embellie se poursuit

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5244 Le 04/04/2018 | Partager
Les nuitées en hausse de 35% par rapport à 2017
Après 2 jours, les touristes s’ennuient… faute d’animation
Créer des activités et redynamiser l’arrièr-pays… en priorité
fes-tourisme-044.jpg

Principal accès de la médina, Bab Boujloud accueille quotidiennement des centaines de touristes. Annoncée depuis plusieurs années, l’animation culinaire de cette place peine à se concrétiser… (Ph. YSA)

La destination touristique, Fès, est en train d’amorcer une croissance inédite. Après la hausse record de près de 40% de nuitées en 2017, par rapport à 2016, le mois de janvier a continué sur la même tendance. Selon l’Observatoire national du tourisme (ONT), les nuitées touristiques dans les établissements d’hébergement classés de la ville de Fès ont enregistré une hausse de 35% en janvier 2018 en comparaison avec la même période de l’année écoulée.

Dans le détail, quelque 69.357 nuitées ont été enregistrées durant le 1er mois de l’année en cours, contre 51.341 nuitées en janvier 2017. Idem pour les arrivées qui ont dépassé les 38.700 touristes, contre 28.050 au cours de la même période de l’année 2017, soit une hausse de 38%. Toutefois, la durée moyenne de séjour (DMS) stagne à 2 jours. Pour les opérateurs, la DMS ne peut pas s’améliorer s’il n’y a pas un effort en matière d’animation. En ce sens, Mohamed Sajid ambitionne de renforcer l’attractivité des destinations touristiques en partenariat avec les acteurs locaux.

«Ceci passera par des programmes d’animation culturelle et artistique. Il faut travailler en synergie pour créer les meilleures conditions possibles pour recevoir davantage de touristes. Le produit doit être mieux réparti sur tout le territoire et tous les acteurs doivent être convaincus de la nécessité d’animer la ville», estime le ministre du Tourisme. Pour lui, «heureusement, Fès a un certain nombre de manifestions culturelles, dont le festival des musiques sacrées, qui contribuent à son rayonnement. Il faut accentuer le volet culturel, animation et patrimoine».

En attendant, les établissements touristiques classés 3, 4 et 5 étoiles n’ont pas chômé en janvier. D’après les statistiques de l’ONT, ces hôtels ont cumulé, durant le 1er mois de l’année actuelle, la quasi-totalité des nuitées enregistrées au niveau de la ville de Fès.

En chiffres, le taux d’occupation des hôtels était de 28% contre 24% pour janvier 2017. Il en est de même pour les mois de février et mars 2018 durant lesquels les «flux touristiques étaient au top», exprime un hôtelier. Même son de cloche auprès des guides accompagnateurs pour qui les touristes visitant la médina sont de plus en plus nombreux.

«Nous accompagnons des touristes de différentes nationalités (Français, Espagnols, Italiens, Britanniques…) avec une forte proportion des visiteurs chinois. Certes, ces derniers ne dépensent pas énormément d’argent, mais ils sont de plus en plus nombreux à venir découvrir la beauté de la capitale millénaire», indique Jawad Shit, guide accompagnateur encarté.

En tout cas, les festivals de diplomatie culinaire, de la culture amazighe et des musiques sacrées, ainsi que le Salon international de l’agriculture (SIAM), devraient doper l’activité touristique au niveau de la ville de Fès et ses environs. A cet effet, les professionnels du tourisme comptent sur l’appui du ministère pour renforcer la promotion institutionnelle de la destination Maroc-Centre.

Pour eux, l’élaboration d’un plan d’action à même de faire de la nouvelle région (Fès-Meknès) un pôle d’attraction, aussi bien pour les visiteurs étrangers que pour le tourisme national, serait d’un grand apport. «L’appui aux projets d’écotourisme et produits du terroir à Ifrane, Sefrou, Taounate, Azrou et Taza… devrait encourager les touristes à passer plus de temps au niveau de la région», estime Moulay Ahmed Sentissi, vice-président du CRT.

Le trafic aéroportuaire en hausse

La destination touristique Maroc-Centre est désenclavée grâce notamment au transport aérien. A ce sujet, les 140 rotations hebdomadaires de l’aéroport Fès-Saïss ont créé un véritable engouement pour Fès. Celle-ci est connectée à des capitales européennes à des tarifs variant entre 500 et 1.300 DH pour un aller-retour. Résultats: les arrivées de l’aéroport Fès-Saïss explosent. Statistiquement, le trafic des passagers a enregistré un accroissement de 29,25% à fin février 2018, en comparaison avec la même période de l'année 2017.
En chiffres, quelque 185.327 voyageurs ont utilisé l'aéroport Fès-Saïss durant les deux premiers mois de l’année en cours, contre 143.388 passagers au cours de la même période de l'année précédente, selon des données statistiques de l'Office national des aéroports (ONDA).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc