International

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5240 Le 29/03/2018 | Partager

• Procès Luxleaks: Antoine Deltour rejugé
Le lanceur d’alerte français Antoine Deltour a été rejugé, mardi 27 mars, devant la Cour d’appel de Luxembourg. Et ce, dans un volet de l’affaire Luxleaks où il se voit reprocher le vol de documents de formation interne à son ancien employeur, le cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC). Une amende d’un montant inférieure à 1.500 euros a été réclamée à son encontre par l’avocat général. A l’issue de l’audience, la cour a mis son arrêt en délibéré au 15 mai. Ce procès (où Antoine Deltour comparaissait seul) est la conséquence de l’annulation en janvier par la Cour de cassation de sa condamnation à une peine de prison avec sursis, prononcée en appel en mars 2017.

• Facebook: Des excuses et des mesures supplémentaires…
Après le scandale Cambridge Analytica, Facebook a annoncé, mercredi 28 mars, qu’il prenait des mesures supplémentaires pour mieux protéger les données personnelles de ses utilisateurs. Malgré les excuses formulées le 21 mars, Facebook n’a pas réussi à faire retomber la polémique. Selon des lanceurs d’alerte, les données de 50 millions d’utilisateurs collectées par Facebook ont été utilisées par l’entreprise britannique Cambridge Analytica. A Bruxelles, la commissaire européenne en charge de la Justice, Vera Jourova, a donné deux semaines aux dirigeants du groupe américain pour répondre à une série de questions, notamment sur la manière dont le géant des réseaux sociaux applique les règles européennes sur la confidentialité des données.

• L’Espagne: Les indicateurs économiques au vert
Le gouvernement espagnol a légèrement relevé sa prévision de croissance économique pour 2018, à 2,7% contre 2,5% auparavant. Le ministre de l’Economie Roman Escolano a assuré que le PIB progresserait plus nettement «grâce à l’amélioration de la conjoncture internationale, à la croissance des investissements dans le secteur privé et à la normalisation de l’activité économique en Catalogne».
Il a par ailleurs assuré que le taux de chômage s’établirait à 15% fin 2018, contre 16,5% fin 2017. Madrid tablait jusqu’ici sur un reflux plus soutenu, à 14,7% fin 2018. En ce qui concerne la dette publique espagnole, elle a légèrement reculé au 4e trimestre 2017, à 98,3% du PIB contre 98,5% au trimestre précédent, selon les données publiées par la Banque d’Espagne. Le pays respecte ainsi les objectifs fixés avec la Commission européenne.  Pour 2018, l’objectif de réduction de la dette est fixé à 97,6% du PIB.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc