Entreprises

CGEM: La course à la présidence enclenchée

Par Nadia DREF | Edition N°:5234 Le 21/03/2018 | Partager
Deux industriels, têtes de listes, émergent déjà
Le dépôt des candidatures se poursuivra jusqu’au 13 avril
Le binôme retenu sera connu le 22 mai
cgem_election.jpg
Après deux mandats, Miriem Bensalah-Chaqroun n’a pas souhaité rempiler. Elle préfère passer le relais à une nouvelle équipe pour relever les nouveaux challenges et poursuivre les différents chantiers (Ph. L’Economiste)

Que le show commence! La course à la présidence à la tête de la CGEM a bel et bien démarré. Après le lancement de l’appel à candidature le 12 mars, deux candidatures communes ont été déposées et attendent leur validation par le Comité de suivi électoral du patronat. Il s’agit du tandem Hakim Marrakchi, en tête de liste et Abdelilah Hifdi, actuel président du Groupe CGEM à la Chambre des Conseillers et de la Fédération nationale du Transport, candidat à la vice-présidence. Un autre duo vient également d’annoncer sa candidature. C’est Hammad Kassal qui brigue la succession de Miriem Bensalah-Chaqroun, épaulé par Omar Chaabi (Ynna Holding), en tant que vice-président. D’autres candidatures pourront être annoncées prochainement sachant que les prétendants ont jusqu’au 13 avril à midi pour postuler. Pour l’heure, aucune femme chef d’entreprise, présidente de fédération ou de GIE, n’a postulé pour succéder à la patronne des patrons.

Le futur président de la Confédération patronale (CGEM) sera connu le 22 mai prochain. L’assemblée générale élective devra statuer ce jour-là sur l’élection du successeur de Miriem Bensalah-Chaqroun. D’ici là, tous les coups sont permis. Chaque binôme défendra bec et ongles sa candidature, sa vision et les orientations de son mandat. Objectif: cumuler le maximum de voix pour éviter le deuxième tour. Déballage, polémique, lobbying, argumentaire… Les prochains mois s’annoncent chauds. Mais attention au casting! L’enjeu est de taille. Le poste de patron des patrons est stratégique. Le candidat retenu devra être un fin négociateur doublé d’un diplomate pour mieux répondre aux défis actuels et futurs de l’entreprise marocaine dans les contextes national, continental voire international.

Améliorer le climat des affaires, négocier la paix sociale, la fiscalité, les délais de paiement, le remboursement de la TVA, accompagner le Maroc dans sa politique africaine…

Autant de dossiers chauds que devra gérer le futur président de la CGEM. Et pour cause, la confédération est le représentant attitré du secteur privé auprès des pouvoirs publics et des institutionnels. La CGEM s’exprime au nom de ses 88.000 membres directs et affiliés et veille à assurer un environnement économique favorable pour le développement des entreprises. Rappelons que la date limite de mise à jour des cotisations, pour l’exercice du droit de vote, est fixée au mardi 15 mai à 18h. Par ailleurs, le dernier délai pour adhérer afin de pouvoir voter est fixé au jeudi 10 mai à 18h.

photos_candidat_cgem.jpg
 
nom_candidat_cgem.jpg
 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc